Referendum populaire pour réduire les émoluments des députés

0
802

L’Institut de Recherches et d’Enseignement de la Démocratie Directe a lancé, le samedi 6 avril, l’idée de l’organisation d’un referendum sur la réduction des émoluments des députés nationaux de la dernière législature évalués à 13.000 dollars américains.«Pour vous, à combien de dollars devraient s’élever les émoluments mensuels d’un député ? » Telle est la question principale posée à tout Congolais désireux de participer à cette initiative citoyenne.

Dans son allocution de circonstance, le directeur général de l’IRED et professeur de la démocratie directe, Paul Kibal, a souligné que cette démarche tire sa source de la proposition de l’honorable Sesanga visant la révision à la baisse du train de vie des institutions, lors du débat sur le Règlement intérieur de l’Assemblée, en commençant par la rémunération du député national, émanation directe du peuple et autorité budgétaire.

Présent à la cérémonie, l’élu de Luiza a salué cette initiative citoyenne qui s’inscrit dans le cadre de la lutte pour la justice sociale, laquelle passe par la suppression des inégalités entre citoyens.

On rappelle que Delly Sesanga avait justifié son intervention par le fait que les institutions de la République consomment 70 % du budget national,  soit 1milliard de dollars américains par an pour les 3000 à 4000 personnes présentes au sein des institutions, alors que le taux d’investissement pour la construction des écoles sur l’ensemble du territoire national est plafonné à 6 %, soit 250 millions de dollars américains.              

            «C’est l’amorce d’une démarche nouvelle. Pour une fois, nous voulons mobiliser la population sur un sujet sociétal : la lutte contre les inégalités »,  a martelé l’élu de Luiza, avant d’ajouter que « c’est la politique d’être plus près des gens, aux côtés de nos concitoyens, pour se battre avec eux au quotidien, face aux problèmes qui se posent à leur existence », a martelé le président de l’Envol.

            Pour le Secrétaire général de l’Ensemble, « le temps est venu pour que la population se batte pour elle-même et non pas pour des politiques qui veulent arriver au pouvoir pour eux-mêmes par rapport à la situation sociale qu’elle vit au quotidien ».

            Delly Sesanga s’est engagé à soutenir toutes les démarches qui iront dans le sens de réduire le train de vie des institutions.

ERIC WEMBA 

  • 151
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •