Reconstruction de la RDC : le ministre Marcourt, « La Belgique peut apporter l’excellence »

0
69

Le ministre wallon de l’Economie, des PME, du Commerce extérieur et des Technologies Nouvelles a dressé  le samedi 20 novembre 2010 au Centre Wallonie Bruxelles  le bilan de la visite de la mission économique et commerciale belge en RDC.  D’entrée de jeu, Jean- Claude Marcourt a fait savoir aux chevaliers de la plume que le bilan est positif.  Les entrepreneurs bruxellois et wallons ont signé plusieurs contrats de partenariat  avec leurs homologues congolais. Certains opérateurs économiques sont venus avec des objectifs bien précis. La volonté de revenir est évidente. Néanmoins, la concrétisation des accords et engagements pris va  prendre  naturellement du temps. Une autre évidence est que l’évolution du secteur minier va ouvrir plusieurs perspectives. En effet, si la RDC parvient à redynamiser le domaine en question, les problèmes d’électricité, de logistique … vont se poser.

            Le ministre Jean- Claude Marcourt a indiqué avoir eu un entretien fructueux avec le ministre Mashako de l’Enseignement Supérieur et Universitaire. Les deux personnalités  ont abordé les problèmes du renouvellement des cadres universitaires, de la coopération intra universitaire  et de la  qualité des matières dispensées.

            C’est dans ce sens que le professeur Tshibangu est disposé à accueillir à Mons des cadres universitaires soucieux de parfaire leurs connaissances dans le domaine médical.  D’autres auxiliaires de santé, à l’instar des infirmiers, sont  aussi concernés par ce problème de renforcement des capacités.   Comment réduire le décalage entre l’enseignement et l’université, dans la mesure où l’enseignement a du mal à suivre l’évolution de la société? Il a plaidé pour une coopération toujours accrue entre les universités congolaises et belges.

            Dans le domaine de la construction, a-t-il indiqué, il est question de voir comment aider les contremaîtres congolais  à être  plus performants.

Le domaine de l’eau les intéresse également, a-t-on  appris. La formation des techniciens leur tient beaucoup à cœur. 

Une réelle volonté 

            Appelés à formuler leurs préoccupations, les journalistes ont voulu savoir si nos hôtes  ne sont pas des « touristes industriels » venus simplement tâter le terrain. Ou encore si la présence des entrepreneurs belges est synonyme de l’amélioration effective du climat des affaires.

            Répondant à ces questions et à tant d’autres, le ministre Jean- Claude Marcourt a souligné que l’Etat congolais était mieux placé pour définir ses priorités. Il y a beaucoup de choses à faire. Mais, ils n’ont pas les capacités de tout faire. Toute fois, ils peuvent apporter l’excellence.

            Ayant mis du temps à venir en RDC, il est donc clair que les entrepreneurs belges ne sont pas venus faire du tourisme, a fait remarquer l’homme d’Etat belge. «  Je suis convaincu qu’on a tracé un sillon et déposé des semences. On doit maintenant favoriser l’éclosion de ces produits », a indiqué Jean- Claude Marcourt.

 Jean- Pierre Nkutu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*