La RDC sollicite et obtient sa réintégration au sein de  l’AGOA

0
326

Le ministre d’Etat au Commerce Extérieur, Jean-Lucien Busa, a représenté la République Démocratique du Congo à la 3ème réunion des ministres africains en charge du Commerce qui vient de se tenir à Niamey du 15 au 16 juin 2017. En marge de ce forum, il était reçu en audience par le Chef de l’Etat du Niger, Mahamadou Issoufou, parrain de la Zone de Libre Echange Continentale (ZLEC), au Palais présidentiel. Le même privilège était réservé au Commissaire en charge du Commerce et de l’Industrie de l’Union Africaine, Albert Muchanga, les ministres éthiopien Dr Bekele Bulado et togolaise Mme Essossimna Legzim ainsi que Mme Rakiya Eddarhem, Secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur du Maroc.

Le ministre Jean-Lucien Bussa était accompagné de son directeur de
cabinet adjoint, Emmanuel MUKUNDI, lors de son entretien avec le
président nigérien. Il était porteur d’un message relatif à la demande
de réintégration de la RDC à l’AGOA (Accord de Partenariat sur
l’Agriculture entre les USA et l’Afrique). On signale que la même
demande était présentée et discutée lors des travaux organisés dans la
Salle de Palais des Congrès de Niamey entre ministres en charge du
Commerce.
A en croire le ministre congolais d’Etat en charge du Commerce
Extérieur, trois raisons majeures militent en faveur de cette
réintégration :
1)      L’Afrique est engagée dans un processus d’intégration économique à
travers la Zone de Libre Echange Continentale. Cette volonté lui
impose l’obligation de se présenter à l’unisson face à d’autres
partenaires, conformément à la volonté exprimée par le président
nigérien, en sa qualité de parrain de la ZLEC, laquelle rejoint celle
de tous ses pairs africains. Les crises politiques sévissent dans
beaucoup de pays à travers le monde non pas seulement en Afrique.
Elles sont souvent conjoncturelles alors que les questions d’intérêt
économiques sont structurelles.
2)      L’intégration économique ainsi que l’AGOA constituent des réponses
aux problèmes structurels de nos populations, afin de leur offrir un
peu plus de bien-être. On ne peut donc pas exclure un pays africain
d’un partenariat aussi important entre l’Afrique et les Etats-Unis
sans gêner l’intégration économique de l’Afrique tout entière.
La présence de Jean-Lucien Busa à Niamey valait son pesant d’or,
compte tenu du fait que la République Démocratique du Congo traîne la
réputation de l’absentéisme dans des fora techniques, scientifiques et
culturels. Pour le cas d’espèce, la participation de la RDC était fort
bien appréciée par les autres frères et sœurs d’Afrique.
On signale que la délégation d’experts de la RDCongo était composée
de Floribert KWETE MIKOBI, Directeur Chef de service au Secrétariat
Général du Commerce Extérieur et Dan Didier MBONGO, Chef de Service et
Expert à la Direction des Etudes et Planification des Lignes Maritimes
Congolaises.
Me Cédric BAENDE LILONGO, Conseiller juridique du ministre, faisait
également partie de l’équipe.
Le ministre J.L.Bussa avait également mis à profit son séjour à
Niamey pour échanger avec la Secrétaire d’Etat du Maroc en charge du
Commerce . Leurs échanges ont porté sur le partage d’expériences dans
le domaine du commerce international (import-export) et la possibilité
d’une coopération spécifique entre les deux pays dans le domaine du
commerce.
Toutefois, Les réunions qui ont dejà eu lieu ainsi que leurs suites à
venir seront déterminantes pour l’avenir de l’Afrique. Les Etats ont
exprimé la volonté de libéralisation de leurs marchés intérieurs à 90
% et tiennent à oeuvrer ensemble pour créer une véritable Zone de
Libre Echange mutuellement bénéfique.
Le déplacement du ministre Bussa et ses interventions en faveur de la
RDC vont certainement permettre au gouvernement congolais d’accorder
un peu plus d’importance aux questions d’intérêt général qui se
discutent au plan continental. Il sied de relever que le calendrier
adopté par les ministres africains en charge du Commerce prévoit une
série de réunions auxquelles les experts congolais devraient
régulièrement prendre part pour que la RDC ne soit pas déconnectée du
vaste « marché commun africain » en gestation d’ici à l’horizon 2017.
Les avantages mutualistes ne se donnent pas mais s’arrachent et les
absents ont toujours eu tort.
Si Jean-Lucien BUSA n’avait pas là, la RDC n’aurait pas reçu le
soutien de ses partenaires de l’Afrique Centrale pour sa réintégration
ainsi que celui d’autres Etats membres de l’Union Africaine. On a
appris qu’une réunion préparatoire de l’AGOA vase tenir du 08 au 10
août 2017 à Lomé, au Togo.

MELBA MUZOLA,
Envoyée spéciale
à Niamey

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •