La RDC sous la menace du réchauffement climatique 

0
261
Plus personne n’ignore la problématique du changement climatique. Beaucoup peuvent percevoir ses effets : dérèglement du climat («il n’y a plus de saisons»), inondations dans un coin  tandis qu’un autre subit de terribles sécheresses. Le changement climatique se manifeste sous des formes diverses. Alors que certains croient que cette question touche uniquement les pays occidentaux, voilà qu’un professeur de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), Vincent Lukanda Mwamba, de la faculté des Sciences, vient de diriger une thèse sur le réchauffement climatique qui secoue la ville de Goma.  Une façon de démontrer que, sur base des données scientifiques, la RDC n’échappe pas  à cette menace qui demeure d’actualité dans le monde.
En effet, ce professeur a dirigé la thèse de Paulo Lohako Rostha, qui a obtenu le grade de docteur en sciences, au cours de la soutenance publique intervenue le samedi 29 octobre 2016 à l’UNIKIN. Le sujet était intitulé : « Le réchauffement climatique à travers la cointégration et la causalité de quelques paramètres physiques. Cas de la ville de Goma».
            Au cours de cette soutenance, le doctorant a rappelé que le GIEC, un groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, avait annoncé en 1990, que le monde était en train de se réchauffer et que dans le futur, il y aurait hausse extrême de température. Le changement annoncé par le GIEC est-il observé en RDC ? Oui, a répondu l’auteur, puisque le paramètre physique a connu un changement significatif qui s’influence mutuellement.
            Paul Lohako Rostha a indiqué qu’il a voulu connaître, à travers cette étude, l’évolution journalière, mensuelle et annuelle des paramètres physiques.  Quelles sont les températures maximales et minimales de la pression atmosphérique et comment ces changements ont évolués. Quelle est l’influence de ces changements physiques sur la pluie et sur la température? Quels sont les paramètres à la base de tous ces changements.
            Après des études menées dans la ville de Goma,  l’orateur a prouvé sur base des données techniques qu’il y a un changement climatique qui s’observe dans cette ville montagneuse. Selon lui, les enquêtes ont démontré par exemple que la température maximale augmente chaque année, influençant ainsi plusieurs modifications de la nature.
            « Planter des arbres en ville est une solution efficace pour lutter contre la pollution de l’air ».
            Revenant sur les résultats de cette étude, le prof.  Vincent Lukanda Mwamba, qui a dirigé ce travail,  a laissé entendre dans son commentaire, qu’il revient aux scientifiques de donner une leçon morale aux communautés pour que ces dernières changent leurs us et coutumes, pour ne pas tomber dans la catastrophe.   Ainsi, il a conseillé d’œuvrer pleinement pour le reboisement, surtout la plantation des arbres en ville pour lutter contre la pollution de l’air.
             « La capacité des arbres à absorber le dioxyde de carbone est bien connue et joue un rôle fondamental dans la lutte contre le changement climatique. Mais leur rôle ne s’arrête pas là : ils sont aussi capables d’absorber d’autres composés chimiques aériens.
            La présence d’arbres en milieu urbain est donc d’une réelle utilité non seulement dans de la lutte contre le changement climatique, mais aussi pour la réduction de la pollution urbaine. Les arbres sont les outils urbains polyvalents par excellence, jouant le rôle de filtre, d’éponge, d’humidificateur, de puits de carbone et de protection contre le soleil et le vent », a-t-il martélé.
Perside Diawaku
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •