RDC : 120 millions Usd de la BAD pour la sécurité aérienne

0
108

La BAD (Banque Africaine de Développement) vient de répondre
positivement à la requête de la RDC relative au financement de son
projet de renforcement de la sécurité aérienne dans le secteur de son
transport aérien. A cet effet, un montant de 120 millions de dollars
américains va être affecté  incessamment à ce « chantier ». C’est ce
qui est ressorti des échanges qu’ont eus, le jeudi 25 octobre 2018, le
ministre des Finances, Henri Yav Mulang, et le Directeur général du
Bureau Région de Développement et de Prestation des Services pour
l’Afrique Centrale, Ousmane Dore.

On croit savoir que ce fonds vise l’amélioration de tout ce qui
concourt à une plus grande sécurité du trafic aérien sous le ciel
congolais, à savoir les instruments d’aide à la navigation aérienne,
les pistes, les équipements de balisage, les tours de contrôle, les
véhicules anti-incendie et autres. L’objectif non avoué est que, dans
les semaines ou mois à venir, la RDC quitte la définitivement la liste
noire des pays à hauts risques en ce qui concerne le trafic aérien.
Hormis l’appui au transport aérien, Ousmane Dore et le ministre des
Finances ont passé en revue l’état de la mise en œuvre du programme
des prêts et le tableau des décaissements des fonds pour des projets
financés par la BAD au profit de la République Démocratique du Congo,
pour l’exercice 2018.
C’était aussi l’occasion, pour l’interlocuteur de Henri Yav, de lui
présenter un de ses collaborateurs en la personne de Kouassi,
Représentant résident intérimaire, qui succède à Sylvain Maliko, qui
vient de prendre sa retraite.
A en croire le nouveau Représentant résident, un programme de
réinsertion des jeunes congolais dans le secteur de l’agriculture,
après l’abandon de celui des mines, est à l’étude et en phase de
finalisation au niveau de la BAD. Son coût est de 57 millions de
dollars américains. Il est question de créer environ 2.000 petites et
moyennes entreprises capables d’offrir aux jeunes 10.000 emplois dans
le secteur de l’agro-industrie.
On rappelle que la Banque Africaine de Développement appuie
financièrement la RDC dans 38 projets en rapport avec l’agriculture,
les infrastructures, l’environnement, la gouvernance et le social.
On signale qu’Ousmane Dore devait également prendre langue avec le
ministre du Plan et le Directeur général de l’ADEPI (Agence pour le
Développement et la Promotion du Grand Inga). Ce méga projet,
indique-t-on, requiert un financement de plus de 14 milliards de
dollars américains pour la production de 11.000 mégawatts.
Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •