Rapt du député Mbemba : trois suspects aux arrêts

0
375

Après le suspect appréhendé tôt le jeudi  6 juin 2019, dans l’affaire
scabreuse de l’enlèvement du député national Samuel Mbemba Kaku Tanda,
le commissariat provincial de la police ville de Kinshasa, s’est
réjoui le même jour, de ce coup de filet qui allait vraisemblablement
éclairer plusieurs zones d’ombre dans l’enquête ouverte autour de ce
dossier. Dans un communiqué de presse rendu public hier dans la
journée, cette unité de la police a réaffirmé une fois de plus sa
détermination à traquer les auteurs de cet acte ignoble, afin de les
déférer devant les autorités judiciaires compétentes.

        Le Bureau de l’Assemblée nationale a exprimé pour sa part, toute sa
satisfaction en apprenant que son membre enlevé dans la nuit du 3 au 4
juin 2019, dans le secteur de Kintambo Magasins, a été relaxé par une
bande des malfaiteurs non identifiés. Le député Mbemba dont on dit
qu’il paraissait drogué, se tenait debout quand il a été retrouvé hier
jeudi vers 1 heure du matin, non loin de l’hôtel Kin-Malebo à Kintambo
Magasins. Immédiatement, il s’est dirigé au poste de police le plus
proche pour signaler sa relaxation. Il était accompagné d’un chauffeur
dénommé Makashi, un de ses petits qui l’a reconnu comme son vieux du
quartier.
        Dans la même journée, le Groupe de lutte contre la criminalité et les
stupéfiants s’est intéressé au téléphone de la victime. Cet outil de
communication, avait été retrouvé en même temps que la voiture du
député national Samuel Mbemba, écartant la thèse d’un vol destiné à le
dépouiller de son véhicule. Cependant, en compulsant les derniers
appels reçus par l’élu de la Lukunga, un certain Etienne, agent d’une
société de gardiennage, a été identifié comme le propriétaire du
téléphone utilisé par les ravisseurs. A deux reprises, le député
national avait reçu du même numéro, des menaces annonçant que des gens
lui voulaient du mal, sans préciser le motif. Et l’enlèvement est
intervenu sur le chemin du retour vers sa résidence, sise avenue Allée
Verte, à Ma Campagne. Et deux jours plus tard, il a été relaxé. On ne
sait pas quelles péripéties il avait vécues durant sa captivité.
Toujours est-il qu’il a été relaxé sans conditions. Ce qui rend
l’affaire plus mystérieuse.
        Hier, deux autres suspects se sont ajoutés sur la liste. L’on pense
que les enquêteurs de la police seraient sur la bonne piste devait
conduire aux fameux ravisseurs non identifiés.
        Dans cette ténébreuse affaire d’enlèvement, les observateurs
s’interrogent sur les mobiles qui auraient conduit les malfaiteurs à
passer à l’acte. Y avait-il des antécédents fâcheux entre le député
Samuel Mbemba et un groupe de gens faisant partie de ses connaissances
? Il lui appartiendra d’éclairer les enquêteurs sur des ennuis
éventuels avec ses proches ou ses amis. Pour l’instant, il est encore
interné dans un centre médical où les médecins sont occupés à le
soigner, afin qu’il se remette de son état de somnolence.
        Avec la série d’interrogatoires serrés de trois suspects, le Groupe
de lutte contre la criminalité et les stupéfiants saura certainement
identifier les vrais auteurs de l’enlèvement du député Samuel Mbemba,
et peut-être les mobiles de leur acte.
    J.R.T.
COMMUNIQUE OFFICIEL DU BUREAU
DE L’ASSEMBLEE NATIONALE
        Le Bureau de l’Assemblée nationale informe l’opinion publique
nationale et internationale que l’Honorable Mbemba Tanda Samuel, après
avoir subi des menaces téléphoniques, avait été enlevé dans la nuit du
03 au 04 juin 2019 par des ravisseurs non autrement identifiés.
        Informé de la situation, le Bureau  a saisi le Procureur Général et a
sensibilisé, en même temps, les services de Police nationale
congolaise et de sécurité à enquêter sur cet enlèvement.
        Ayant appris, tard dans la hit du 05 au 06 juin 2019 , la relaxation
de l’Honorable Mbemba Tanda Samuel, le Bureau encourage la poursuite
des enquêtes et le déferrement des auteurs de cet ignoble acte devant
les autorités judiciaires pour des sanctions exemplaires.
        Le Bureau tiendra informées, l’opinion publique nationale et
internationale, de l’issue des enquêtes.

Fait à Kinshasa, le 06 juin 2019
Hon. Célestin Musao Kalombo Mbuyu
Rapporteur

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •