Question d’actualité du Sénateur Mutinga : affaire Mukungubila Mutombo, les «services» étaient au courant

0
212

senat-congo-kinshasa-rdcHonorable Président du Sénat;

Honorables Membres du Bureau;

Honorables Sénateurs;

Les questions de l’Honorables Sénateur Modeste Mutinga sont les suivantes :

1. Etant donné que les attaques se sont déroulées de manière simultanée dans trois provinces, nous sommes en droit de conclure qu’il s’agissait d’une action planifiée et coordonnée.

Comment nos services, dont on connaît l’efficacité habituelle, n’ont-ils pas eu vent de la présence de ce complot afin de l’étouffer dans l’oeuf ?

2. Comment expliquez-vous que les assaillants aient pu pénétrer, comme dans un moulin, dans les endroits stratégique supposés hautement sécurisés ? Quelles sont les causes de cette défaillance?

3. A-t-on identifié les assaillants et leurs commanditaires ?

4. Le Gouvernement a-t-il établi tes responsabilités des uns et des autres ?

5. Quelles sont les mesures que vos Ministères respectifs ont arrêtées pour que pareille aventure ne puisse plus se reproduire ?

 

Honorable Président du Sénat;

Honorables Membres du Bureau;

Honorables Sénateurs;

 

            Permettez-moi d’abord de relater les faits avant de donner notre réponse à la question posée.

1. Les faits

 

En date du 30 décembre 2013, quatre Villes du Pays ont connu des perturbations sur le plan sécuritaire. ll s’agit des attaques terroristes simultanées à Kinshasa et à Kindu et des affrontements survenus lors des opérations menées par nos services à Lubumbashi et à Kolwezi.

Concernant la ville de Kinshasa, trois sites stratégiques ont été attaqués, à savoir :

• La station de la Radiotélévision Nationale Congolaise, dans la commune de Lingwala, a été prise d’assaut par plus ou moins 30 inciviques armés, habillés en Jeans et T-Shirt blanc et âgés entre 18 et 30 ans. Ces assaillants  sont arrivés sur le lieu à bord d’un Bus Mercedes 207 en scandant des chansons à l’honneur de leur prophète Mukungubila et ont abattu froidement 5 éléments FARDC commis à la Garde de la RTNC et ont blessé 7 agents de la RTNC. A l’issue des heurts violents qui s’en sont suivis, 13 de ces inciviques ont été tués par les Forces de l’Ordre et 15 autres ont été arrêtés.

•  Le bâtiment de l’Etat-Major Général des FARDC, situé dans la commune de Ngaliema a été attaqué par un deuxième groupe de plus ou moins 20 assaillants qui ont abattu de sang-froid un Officier Supérieur des FARDC. Ripostant à cette attaque, les FARDC ont tué 17 de ces assaillants et en ont capturé 1.

• L’aéroport international de Ndjili, dans la commune de la N’sele, a connu un nombre plus élevé d’assaillants. Parmi les victimes, l’on compte trois blessés dont 1 militaire des FARDC et deux passagers qui étaient à bord de l’avion de la Compagnie Fly CAA. Une passante atteinte par des balles perdues a succombé après de suite de ses blessures. Du côté de l’ennemi, le bilan fait état de 21 morts.

Dans la ville de Kindu

            L’aéroport de Kindu a été attaqué par un groupe d’adeptes de Mukungubila sous le commandement d’un certain Amisi Kumba Kaizar.

Ces assaillants avaient enflé des T-Shirts frappés à l’effigie du prophète Mukungubila. Deux d’entre eux ont été tués. Les FARDC en ont blessé un et arrêté un autre. Lors de l’opération de ratissage, la PNC a retrouvé deux armes de calibre 12 dans l’enceinte de l’Eglise de Mukungubila, située sur l’avenue Tchambi dans la commune de Kasuku.

            Pour la ville de Lubumbashi, alors que des services de sécurité procédaient à la perquisition d’une résidence suspectée d’abriter des hommes armés au Quartier Hewa Bora, dans la commune Annexe de la Ville de Lubumbashi, des aveux des hommes interpellés sur le lieu ont conduit les enquêtes à l’église du fameux prophète Mukungubila, située au quartier Golf/Kabulameshi de la même commune. Arrivés sur place, nos éléments ont été accueillis par des tirs nourris venus de l’intérieur de cette église. Les Forces de Défense et de Sécurité ont été contraintes de répliquer vigoureusement. Le bilan fait état de 40 morts et 45 capturés, dont 26 femmes et 2 enfants parmi les assaillants.

            Dans la ville de Kolwezi, quelques 100 adeptes de Mukungubila vêtus des T-Shirts frappés à son effigie ont été arrêtés à la résidence de Monsieur Feruzi Oponda, médecin à l’hôpital de la Gécamines-Kolwezi, adepte de cette église depuis 1992, devenu par la suite un des grands responsables. Le drapeau de la Deuxième République était hissé dans ladite résidence où ces assaillants ont été aussi arrêtés.

            Quelques tracts avec mention « 30 décembre 2013, Mukungubila, Président de la République », ont été ramassés dans la même parcelle et sont gardés par nos services.

            Pour rappel, tous ces faits ont été précédés déjà le 5 décembre 2013 par la publication, à travers des réseaux sociaux, d’une lettre ouverte du soi-disant Prophète MUKUNGUBILA MUTOMBO intitulée « Jusqu’à quand le peuple congolais va-t-il devoir payer en versant son sang ce pays. »

            Le 29 décembre 2013, des adeptes de l’église de MUKUNGUBILA ont distribué à Lubumbashi, en masse, des documents séditieux.

            Au lendemain de ces évènements, une radio périphérique, RFI pour ne pas la citer, a diffusé une déclaration à travers laquelle le Pasteur MUKUNGUBILA, sorti du pays depuis le 9 juin 2013 par l’aéroport de N’djili à destination de l’Afrique du Sud, exprimait pince-sans-rire le 31 décembre 2013 « son regret pour la mort des personnes sans  armes revendiquaient leurs droits ». La même déclaration a été diffusée par d’autres chaines étrangères.

            Force est donc de constater que les faits ci-haut énumérés ont été vite maitrisés par les Forces de Défense et de Sécurité. Ainsi, l’ordre public troublé a été aussitôt rétabli sur l’ensemble des Villes concernées.

            Sur instruction de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, une réunion de sécurité s’est tenue le même jour sous la direction de Son Excellence Monsieur le Vice-Premier Ministre, Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants. Des visites des Sites attaquées ont été effectuées à Kinshasa.

            Des messages d’apaisement ont été adressés à la population l’invitant à vaquer normalement à ses occupations, ce à quoi la population a répondu favorablement en célébrant la fête de la Saint Sylvestre.

            C’est ici pour nous l’occasion et le lieu de remercier les Congolais, en général, et nos compatriotes de Kinshasa, en particulier, pour leur courage à braver la peur et surtout leur détermination à défier cette tentative de prendre le pouvoir par la force.

            Cette attitude démontre à suffisance le soutien du peuple congolais aux institutions légalement établies et leur attachement à préserver les acquis de la démocratie.

2. Eléments de réponse à la question d’actualité

            Par rapport à la première préoccupation, nos services étaient effectivement informés de la menace que présentait le Ministère de la Restauration du Prophète MUKUNGUBILA MUTOMBO, ce qui a justifié la prise en charge de l’intéressé.

            S’il y a eu attaques à Kinshasa et à Kindu, les services ont été proactifs à Lubumbashi et à Kolwezi où ils ont mené régulièrement des opérations dans les sites sus évoqués. Un lot important d’armes et de munitions de guerre ont été trouvés et saisis à Lubumbashi.

            Concernant la deuxième préoccupation, les assaillants n’ont pas pénétré dans les endroits stratégiques comme dans un moulin. Loin s’en faut. Face à cette attaque terroriste, menée avec la témérité et l’énergie du désespoir, la riposte des Forces de Défense et de sécurité ne s’est pas fait attendre. C’est peut-être ici le lieu de rappeler que le degré zéro d’insécurité n’existe nulle part au monde. Ceci relève plus de l’asymptote.

            Pour ce qui est de l’identification des assaillants et leurs commanditaires, les opérations menées ont permis de procéder à l’arrestation de quelques assaillants et de quelques conspirateurs. De même, un des commanditaires, le prétendu prophète illuminé, a revendiqué l’action. Toutefois, les enquêtes en cours permettront d’en savoir davantage.

            S’agissant de la quatrième préoccupation, le Gouvernement a  instamment mis sur pied une commission ad hoc, dont les conclusions détermineront le degré de responsabilité des uns et des autres.

            A ce niveau, la procédure de déferrement des assaillants arrêtés devant les lnstances judiciaires, est en cours.

A propos des mesures prises, les actions suivantes ont été réalisées :

• Mise sur pied d’une commission ad hoc ;

• Lancement d’un mandat d’arrêt contre MUKUNGUBILA;

• Fermeture du Ministère de la restauration du Prophète

MUKUNGUBILA MUTOMBO ;

• Redynamisation de la Cellule de Renseignements afin d’assurer une plus grande coordination des opérations éventuelles contre ces types d’attaques;

• Poursuite et intensification de l’opération LIKOFI ll ;

• Renforcement des effectifs des Unités de la Police ;

• Poursuite des mises en place au sein de la Police nationale ;

• Rajeunissement de la Police à travers le recrutement de plus de 6.000 éléments ;

• Formation de nouvelles recrues, dès ce premier semestre de l’année en cours, avec comme objectif la formation des unités spécialisées devant compléter les rangs des unités anti-terroristes.

Honorable Président du Sénat ;

Honorables Membres du Bureau ;

Honorables Sénateurs ;

            L’exercice auquel je viens de me livrer a permis grosso modo de vous éclairer sur ce qui s’est réellement passé le lundi 30 décembre 2013.

            Dès qu’il y a eu des indices d’insécurité, toutes affaires cessantes les Services de sécurité et de défense se sont déployés pour neutraliser les assaillants et rétablir ainsi l’ordre public qui était perturbé dans trois Provinces.

Le plus important à retenir est que ces Services se sont montrés à la  hauteur de la tâche, comme en témoigne aujourd’hui la quiétude qui règne au sein de cet Hémicycle.

. Honorable Président du Sénat ;

. Honorables Membres du Bureau ;

. Honorables Sénateurs ;

Je ne peux terminer mon intervention de ce jour sans solliciter auprès de Votre Auguste Assemblée qui, au cours de cette Session extraordinaire, examinera le projet de Loi des finances portant budget de l’exercice 2014, de doter les Services de Défense et de Sécurité des moyens conséquents pour permettre d’accroitre leurs capacités opérationnelles.

Je vous remercie pour votre attention.

Richard Muyez, ministre

de l’Intérieur

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*