Quartier Kindele, Mont Ngafula : il vole 1.200 dollars et incendie la maison pour brouiller les pistes

0
148

Une maison  du quartier Kindele, commune de Mont Ngafula, a pris feu dans des circonstances difficiles à élucider. Témoins du sinistre, les voisins ont alors accouru avec des moyens de bord pour lutter contre l’incendie. Peine perdue, les flammes ayant pris les dessus, les mobiliers, les appareils électroménagers, les valises et autres biens ont été réduits en cendres.

         Arrivé tard sur avenue du 4 octobre n° 36, Héritier Kakenza, l’occupant de la maison sinistrée, s’est effondré, incapable de s’expliquer pourquoi ce malheur s’abattait sur lui. C’était un sinistre qui non seulement le ruinait, mais brisait également son avenir. Car, tous ses biens acquis au prix d’énormes sacrifices et des privations pendant des années, sont partis en fumée. Inconsolable, Héritier Kakenza avait également perdu ses économies ; 1.200 dollars et 600.000 FC. Pire, même ses titres académiques, les titres scolaires de ses petits-frères, notamment les diplômes d’Etat, étaient réduits en cendres.

            Les pertes étaient si grandes, que tous ses habits, toute sa documentation, composée des brochures scientifiques, ainsi que certains documents comptables pour les quelques activités commerciales qu’il exerce pour nouer les deux bouts du mois, n’étaient plus que cendres.

            Quelques voisins pris de compassion, ont laissé entendre que cet incendie semblait anormal et ne pouvait pas être fortuit. Bien qu’il émettait beaucoup des doutes sur cette spéculation et n’attachait aucun crédit à cette version, il a été toutefois intrigué en recherchant le sac qui contenait ses économies. Pas de cendres des billets de dollars, ni des francs congolais. Curieusement, cette petite fortune avait disparu.

            Héritier Kakenza constata aussi que son ami qu’il hébergeait, Blanchard NjambaMboko, habitant actuellement sur la même avenue 4 octobre n° 41, est demeuré non joignable. Quelques voisins ont indiqué qu’on l’avait aperçu le matin, quelques minutes avant l’incendie.

            Les soupçons se sont alors orientés vers la piste criminelle. Et Héritier Kakenza, quelque peu convaincu de cette thèse, a fini par porter plainte au Groupement de recherche et investigations.

            Interpellé, Blanchard NjambaMboko a été entendu sur procès-verbal. Lors de cet interrogatoire, l’OPJ enquêteur, le commissaire principal FellyNiati, avons-nous appris des sources proches de la victime, aurait décelé des incohérences dans les réponses du suspect.

            La suite de l’enquête a dévoilé des indices sérieux de culpabilité dans le chef de NjambaMboko Blanchard. L’homme n’a pas résisté au feu nourri des questions, au point qu’il est passé aux aveux, reconnaissant que c’est lui qui a mis le feu à la maison de son ami.

            Les raisons ? Incendier la maison pour brouiller les pistes et désorienter les enquêteurs dans leur mission de recherche des causes profondes de ce sinistre.

            Selon un membre de la famille d’Héritier Kakenza, le sinistré et l’auteur de l’incendie criminel seraient liés par une vieille amitié qui a commencé avec leurs parents. Ils étaient si soudés que les enfants se prenaient pour des membres d’un même clan.

            A l’issue de son enquête, l’OPJ vient de transmettre au début de cette semaine, son dossier au Parquet de grande instance de Matete, territorialement compétent pour approfondir les investigations, avant d’ envoyer le dossier judiciaire d’incendie criminel devant le Tribunal de grande instance de Matete, avec comme prévenu, Blanchard NjambaMboko.

            A la suite de cette affaire, les liens d’amitié entre parents viennent d’être rompus.

J.R.T.  

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*