Province du Katanga : campagne de protection des droits sociaux et environnementaux   

0
64

L’exploitation minière, tant artisanale qu’industrielle, a des conséquences aussi bien positives que négatives sur l’environnement ; conséquences vécues depuis l’époque coloniale par la population des sites d’exploitation minière. En effet, depuis cette période, la Province du Katanga est réputée être à vocation minière, particulièrement dans sa partie sud-ouest, grâce à l’exploitation industrielle faite par la Gécamines. Voulant sensibiliser les communautés locales des sites miniers en particulier et toute la population du Katanga en général sur les impacts sociaux et environnementaux négatifs de cette extraction minière, une plateforme de trois ongs, nommée : « Synergie de Lubumbashi : ASADHO-POM-RRN » vient de lancer une campagne de sensibilisation à partir de Lubumbashi.

Selon Me Jean Claude Katende de l’ASADHO qui nous a informé de cette campagne, en 2002, le Code minier a libéralisé le secteur minier et plusieurs entreprises minière privées se sont installées au Katanga pour l’exploitation du cuivre et du cobalt. Et à cette exploitation industrielle s’est ajoutée l’exploitation artisanale. Cette libéralisation du secteur minier a conduit plusieurs entreprises d’exploitation minière à ne pas respecter les normes sur les droits humains et celles sur la protection de l’environnement. Actuellement, affirme l’Asadho, toutes les villes et cités de la province sont touchées par le phénomène de pollution qui entraîne des conséquences sur la jouissance de certains droits, principalement le droit à la santé, à un environnement sain et droit à l’eau potable.

Devant cette situation et en vue de minimiser les impacts négatifs environnementaux et sociaux de l’exploitation minière dans cette province, la Synergie de Lubumbashi, composée de la Plateforme des organisations de la Société civile, intervenant dans le secteur minier (POM), du Réseau des Ressources Naturelles (RRN) et de l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO), avec l’appui de l’ong 11.11.11.CNCD a mené une évaluation échantillonnée dans les zones de Luisha, Kakanda et Kolwezi (Luilu) dans la province du Katanga.

Des droits humains non respectés

L’évaluation faite sur terrain a mis à jour plusieurs violations des droits humains et des normes environnementales dont l’expropriation  des terres paysannes et les déplacements forcés, sans une indemnisation juste et équitable ; la pollution des rivières, entraînant leur dépeuplement en poissons et la destruction des bas- fonds des rivières, suite aux eaux acides qui s’y déversent. Enfin, il a aussi été constaté la pollution du sol, de l’air (atmosphère) qui contribue à la destruction des vies humaine, animale et végétale. En conclusion, l’évaluation a montré que l’exploitation minière n’apportait pas seulement le bonheur dans le pays, mais aussi des problèmes négatifs sur lesquels la Synergie de Lubumbashi invite les autorités à se pencher : sur le plan de la santé, particulièrement de la mère et de l’enfant ; sur le plan économique avec la destruction des champs et de la vie aquatique ; sur le plan environnemental avec la destruction des écosystème, de la biodiversité et du paysage.

SAKAZ 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •