Protestations contre la suppression d’une subvention de l’Etat à la MESP

0
101
Les enseignants et leurs syndicats ont protesté énergiquement contre la suppression d’une subvention de 200.000.000 Fc, que le Gouvernement, à travers le Ministère du Budget, avait promis d’octroyer à la MESP (Mutuelle des Enseignants de l’EPSP), comme supplément de sa contribution pour le fonctionnement de cette Asbl.            
C’était le samedi 31 octobre 2015, à l’issue d’une séance houleuse de l’Assemblée générale de l’Intersyndicale des Syndicats de l’EPSP qui s’est déroulée à l’ITI-N’Djili, dans la commune du même nom. Cette assemblée était conjointement présidée par le doyen Sylver Betukumeso du SYCOR ; Stéphane Magunda Masiste d’Espoir ; Robert Kongu du SEC ; un représentant du porte-parole Jacques Lukuku et un autre du SYECO.  Une foule d’enseignants était présente à ce rendez-vous. L’Intersyndicale des Syndicats de l’EPSP est une plateforme syndicale de ce secteur éducatif qui réunit environ une trentaine de syndicats répartis sur l’ensemble du territoire national. L’ordre du jour de cette rencontre prévoyait deux points pour étayer leur Cahier de charges : propositions de la base pour l’amélioration des salaires des enseignants et la rationalisation des services rendus par la MESP à la communauté enseignante.
Le débat sur l’amélioration de salaires des enseignants a, à coup sûr, suscité des débats et propositions visant une amélioration du vécu quotidien des enseignants. Mais, une levée totale des boucliers s’est manifestée lorsqu’il s’est agi de la MESP, et particulièrement de la suppression d’une subvention pourtant promise par le gouvernement. En effet, le 04 septembre 2015, lors d’une réunion entre le banc gouvernemental et le banc syndical, le gouvernement – conscient finalement de son obligation légale de soigner les familles des enseignants sur l’ensemble du territoire national – a accepté d’accorder une enveloppe supplémentaire de 200.000.000Fc à la MESP, en sus des 500.000.000Fc libérés mensuellement auparavant pour encourager l’implantation de la MESP en provinces.
Mais, voilà que le l’intersyndicale venait d’apprendre la décision unilatérale du gouvernement de suspendre cette subvention et cela signifie, pour les enseignants, le « retour honteux à la carte d’ayant-droit », avec laquelle les familles des enseignants étaient méprisées dans les formations médicales. Car, sur le plan médical, la MESP a réussi à redonner une crédibilité à l’enseignant. La volte-face gouvernemental signifiera aussi la fin d’une décennie d’accalmie sur le front des grèves dans le secteur éducatif. Pour l’instant, l’Intersyndicale lance un appel pour que l’Etat assume son devoir en maintenant sa promesse d’augmenter sa subvention pour faciliter l’implantation de la MESP à travers toutes les provinces.
SAKAZ
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •