Promesse ferme de Matata Ponyo : PPTE, 7,5 milliards pour des projets pro-pauvres

0
55

Le ministre des Finances a affirmé la volonté du gouvernement congolais d’orienter les 7,5 milliards de dollars « laissés » à la RD Congo par le Club de Paris à la réalisation des projets pro-pauvres au profit des filles et fils du Congo. Ces « milliards » seront affectés, notamment, à l’éducation, à la santé, à la réfection des routes et autres besoins fondamentaux des Congolais. Matata Ponyo qui a réuni  la presse samedi, en soin cabinet, a souligné la détermination du gouvernement à poursuivre sa politique d’assainissement du cadre macro-économique. 

            Aux côtés de son second et de ses principaux collaborateurs, « Mapon » a porté à la connaissance des journalistes que le Club de Paris, reconnu dans l’imaginaire universel comme une structure informelle, regroupe l’essentiel des pays industrialisés de l’Ocde auxquels il faut ajouter le Brésil. A Paris d’où il vient, Matata a clairement indiqué être soulagé, comme ses compatriotes, après la décision des « puissances » à gommer l’ardoise de la dette extérieure de la RD Congo à hauteur de 90%. Il a, dans la foulée, souligné que la dette extérieure est bien structurée au travers les différents « clubs ».

 Au nombre desquels, il y a le club de Londres, le Club de Paris, et la dette multi bilatérale où l’on trouve le Fonds monétaire international (Fmi) et la Banque mondiale.

            « Nous sommes heureux que certains pays aient totalement effacé la dette de la RDC », a lancé, Matata en référence au Canada, aux Etats-Unis, et à l’Italie.

            L’interlocuteur de la presse a ainsi justifié les raisons de la « clémence » des pays membres du club de Paris. Il a souligné être d’avis que tout est bien parti des « efforts considérables réalisés par le gouvernement dans le cadre de l’assainissement du cadre macro-économique ».

A ses yeux « la République a réalisé des performances économiques remarquables », prenant l’exemple du taux d’inflation en nette baisse, en janvier 2010, de 51% à 8% à ce jour.

            Il a fait que savoir que des « félicitations » pleuvent sur la table de l’exécutif congolais, en commençant par celles de la Banque Africaine de Développement, « touchée » par la transparence de la gouvernance économique de l’ex-Zaire. « Je rends hommage au Président de la République qui a pu mettre le train de la réforme sur le rail », s’est réjoui Matata Ponyo qui a pris l’engagement, au nom du gouvernement, d’administrer  une bonne dose de rationalité aux milliards « cédés » à Kinshasa.

            On rappelle que la RDC, fière comme un paon, venait de bénéficier, en juin dernier, d’un sensible allégement de sa dette dans le cadre de l’initiative des pays pauvres très endettés (PPTE)        

                D-I.K

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*