Le projet de société de Mokonda, Kambayi Buatshia, Engulu… pour le Congo

0
246

9277310-14818876Mise sur pied en 2011 et dénommée «Initiative pour un Congo Nouveau « ICN », elle a été élargie plus tard à d’autres forces politiques et sociales  pour devenir «Nouvelle Initiative pour le Congo» (NIC).  Plusieurs célébrités politiques congolaises   et scientifiques font partie de la nouvelle plate forme  qui a  été présentée officiellement au public  le vendredi 9 avril 2016 dans la salle «Planète Force» à Kasa-Vubu.   Au premier rang  il y avait Mokonda Bonza (président de ladite plateforme et de la Convention des Démocrates Chrétiens ou CDC ), André Liwa   ( Démocrates Chrétiens Fédéralistes), le patriarche Léon Engulu ( UNADEC), l’historien Kambayi Buatshia…..Me Stanislas Muamba, SG et représentant le numéro un des RSF Lunda Bululu, Rigobert Mutuba délégué par Bo Boboliko pour le compte du PDSC, Mandungu pour le Front Commun des Nationalistes …

Peu avant d’appeler ses pairs à apposer leurs signatures sur l’acte constitutif de la nouvelle plate- forme, le secrétaire général des RSF a expliqué  qu’en raison des ratés observés après la  messe de Sun City, des violations  des droits de l’homme, de la Constitution et d’autres problèmes auxquels le pays fait face, le collectif des patriotes a décidé de s’unir pour éviter à la RDC de sombrer dans le chaos, mais aussi pour conquérir le pouvoir et l’exercer   dans le cadre de l’alternance.

Florentin Mokonda a lu ensuite  le projet de société de la nouvelle plateforme.

Passé glorieux

 « Le 30 juin 1960, le Congo accède à la souveraineté nationale et internationale  dans une liesse populaire. L’économie du jeune pays indépendant est prospère», a dit d’emblée Mokonda, qui a égrené ensuite le tableau idyllique du nouvel Etat, à savoir un secteur éducatif comptant parmi les meilleurs d’Afrique, un revenu par tête d’habitant en croissance et équivalent à celui du Canada, de la Corée, un volume élevé d’emplois…..

Descente aux enfers

« 56 ans plus tard, force est de constater que l’édifice hérité de la colonisation s’est effondré », a déploré ce sénateur

A la manière d’un entomologiste qui dissèque un insecte, il a expliqué à sa manière les raisons qui ont provoqué cette descente aux enfers. Il s’agit, selon lui, de l’incapacité des dirigeants  de conduire dans la légalité les affaires de l’Etat, de régler les conflits sociopolitiques, de satisfaire les besoins élémentaires de leurs compatriotes. Reprenant un rapport de la COMESA ficelé en 2008 et transmis au gouvernement et  où il est dit qu’un quart des revenus d’importation  est déclarée et alimente le budget de l’Etat, il a affirmé que la plupart des fonds créés à l’initiative du gouvernement servent plus à gonfler les comptes des gestionnaires et de leurs mentors.  Ces travers ont provoqué une fracture sociale pouvant faire imploser le pays, a-t-il prévenu. Il a fait savoir que la RDC a  un PIB de 315 dollars par tête d’habitant  (chiffres de 2015) contre 700 dollars ( Niger) et 1000 dollars ( Mauritanie).

         Il a précisé que les sociétaires du NIC ont opté pour l’économie sociale du marché  et  comptent relever six défis. Il y a d’avord la  refondation de l’Etat congolais par le biais de la réaffirmation  sans partage de la souveraineté de la RDC. Le second défi est celui de  la  bataille pour la transfiguration du Congolais

         La lutte contre la pauvreté, la croissance soutenue et durable, l’éducation et la santé sont leurs autres principales préoccupations. C’est dans ce sens qu’il a évoqué la création d’une nouvelle carte scolaire, la professionnalisation de l’enseignement supérieur et universitaire, et fait état  des réformes institutionnelles  et actions spécifiques censées booster des secteurs de l’économie, de l’électricité, de l’agriculture……

         Kambayi  a martelé  que le Congo va mal depuis longtemps  et a besoin des prophètes. Dans le passé, a-t-il rappelé, on parlait du mal zairois et aujourd’hui, du mal congolais. Le programme des NIC est ambitieux mais réalisable, a-t-il conclu.

Jean-Pierre Nkutu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •