Prof André Mbata: «Désinfecter les facultés de droit et les universités congolaises contre le Corona virus d’hérésies constitutionnelles» !

0
368

Le constitutionnaliste André Mbata a réagi vigoureusement contre une fausse analyse pleine d’hérésies constitutionnelles attribuée au professeur José-Marie Tasoki Manzele, docteur en droit, avocat au barreau de Kinshasa / Gombe et ancien vice-doyen à la recherche de la faculté de droit de l’Université de Kinshasa (UNIKIN ).

            Selon André Mbata, qui est professeur des universites et membre du Réseau des constitutionnalistes africains, même s’il n’a pas publié un seul article scientifique connu en droit constitutionnel puisque son domaine d’expertise est le droit pénal et la criminologie, le professeur Tasoki ne peut pas être l’auteur de l’analyse catastrophique selon laquelle «la Cour constitutionnelle n’a pas compétence pour établir la conformité à la Constitution d’une ordonnance qui proclame l’urgence».

            Une telle affirmation sans base constitutionnelle ne pouvait pas venir d’un avocat au barreau de Kinshasa / Gombe, d’un docteur en droit de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, d’un professeur de droit ou d’un ancien vice-doyen à la recherche à la Faculté de droit de l’UNIKIN.

            Il s’agirait d’un faux ayant pour but de discréditer la prestigieuse université où il a étudié, le barreau de Kinshasa / Gombe, la faculté de droit de l’UNIKIN et cette université elle-même qui est classée première en RDC, même si elle ne figure pas parmi les 200 meilleures en Afrique .

            Le professeur Tasoki ne peut pas tomber dans de telles hérésies qui ne peuvent même pas être commises par un étudiant de première année de graduat en droit qui aurait lu l’article 145 in fine de la Constitution qui stipule, en français facile: «Ces ordonnances (sur l’état d’urgence ou l’état de siège) sont dès leur signature, soumises à la Cour constitutionnelle qui, toutes affaires cessantes, déclare si elles dérogent ou non à la présente Constitution».

            Il est totalement exclu que le professeur Tasoki n’ait pas pu lire la Constitution au point de penser que «la Cour constitutionnelle n’a pas compétence pour établir la conformité à la Constitution d’une ordonnance proclamant l’état d’urgence»!

            Le professeur André Mbata, qui souhaite que les Congolais prennent acte une fois pour toutes que tout le monde n’est pas juriste, tout juriste (juge, avocat, «chercheur / expert» en droit …), tout docteur en droit, tout professeur de droit N’EST PAS UN CONSTITUTIONNALISTE ou que tous les constitutionnalistes ne sont pas du même niveau, refuse catégoriquement de croire au faux attribué à un jeune collègue fils de la faculté de droit de l’UNIKIN.

            Si la personne qui a fabriqué ce faux sous la signature du     professeur Tasoki était un juriste ou simplement un     diplômé universitaire, on  devrait lui retirer son diplôme et lui interdire toute activité exercée sur la base de ce diplôme. Cette personne se permet même de citer le professeur Jacques Djoli hors contexte, pensant à tort qu’il suffit de le citer pour devenir  constitutionnaliste.

            Cependant, ce faux proviendrait d’un ancien de la Faculté de droit.

            Les facultés de droit des universités congolaises, en particulier celle de l’UNIKIN, étaient déjà très discréditées en raison de la tendance de leurs membres à vouloir promouvoir un droit constitutionnel du ventre.

            Parce que la situation ne semble pas avoir changé et s’aggrave, il est impératif de «désinfecter» les facultés de droit et les universités du Congo et des pays comme le Burundi, le Ruanda et le Congo qui sont victimes du Corona virus d’heresies constitutionnelles ou COVIC.

            Quand on sait que certains de leurs membres se sont révélés positifs ces derniers temps, il faut considérer scientifiquement dans ce cas leur mise en quarantaine dans le cadre de la lutte contre COVIC, une pandémie qui s’avère plus meurtrière pour notre société que Covid-19!

Prof. André Mbata

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •