Processus de Kimberley : Harare a le feu vert pour vendre son diamant

0
47

Les travaux de la 8ème réunion intersessionnelle du Système de Certification du Processus de Kimberley (SCPK) ont tiré les rideaux vendredi au Grand Hôtel Kinshasa. Sous la présidence de la RDC, ils ont duré trois jours, soit du 20 au 23 juin.

L’une des questions ayant fait l’objet de débat concernait le Zimbabwe, dont le diamant a été interdit de vente, les pays du Processus ayant soutenu que ce diamant provient des travaux forcés, pratique interdite par les standards internationaux.  A l’issue d’âpres discussions, les participants ont fini par lever la mesure qui frappait le régime Mugabé. Ainsi, le Zimbabwe peut désormais exporter son diamant sans anicroche. Les diamants des territoires zimbabwéens de Marange et de Mbada peuvent être écoulés en dehors des frontières nationales pourvu que Harare  fasse preuve de respect des exigences minimales du Système de Certification du Processus de Kimberley.

Quant à l’autre point relatif à la Vice-présidence du SCPK à pourvoir, ils ont opté pour la poursuite des discussions même en dehors des assises de Kinshasa. Pour le ministre congolais des Mines, Martin Kabwelulu, ces travaux ont joué un rôle déterminant pour faciliter la prise de décision lors de la plénière du Processus de Kimberley fixée en Novembre prochain. Il s’est déclaré convaincu que les orientations formulées par le Président du Processus de Kimberley, le RD-Congolais Matthieu Yamba, trouveront une oreille attentive et la compréhension de tous les pays membres.

S’agissant de l’intégration de la question des Droits de l’homme dans le Processus de Kimberley, Martin Kabwelulu a laissé entendre qu’il devra se faire en conformité avec les procédures et règles du processus. « Toute démarche contraire violerait le texte originaire et constituerait un précédent dont les conséquences peuvent entamer la crédibilité du système». Le ministre a souhaité que ces suggestions soulevées par les  participants englobent les droits de l’homme dans l’ensemble, en prenant compte chaque composante du Processus de Kimberley à savoir, les pays producteurs, les industries du diamant et les consommateurs. La plénière a pris l’option d’endosser les exportations de la production des opérations minières conformes de Marange Ressources et de Mbada avec effet immédiat. Tandis que les exportations d’autres opérations minières dans les zones diamantifères de Marange peuvent avoir lieu moyennant une vérification de conformité par le moniteur.     

L’équipe du monitoring s’attèlera à la vérification  de la conformité des exportations de ces autres mines productrices (à l’exclusion de Marange Ressources et Mbada), y compris l’accès et la vérification après expédition des données du niveau de la mine sur base continue. Pour faciliter les exportations des diamants zimbabwéens, la plénière a décidé de constituer uen équipe du moniteur. Deux membres la composent : Abbey Chikane et Mark Van Bockstael. En cas de désaccord entre les membres de l’équipe du moniteur, il reviendra au Président du PK de régler la question. Touché par la levée de la mesure, le représentant du Zimbabwe a assuré les participants que son gouvernement s’engagera à respecter les exigences minimales du SCPK et à garantir la participation de la Société Civile locale aux matières se rapportant au SCPK.

Tshieke Bukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*