Priorité de la session du Parlement : Budget 2022

0
35

La session ordinaire de septembre s’ouvre ce mercredi 15 septembre 2021, au Palais du Peuple, dans les deux chambres du Parlement. Exclusivement budgétaire, elle devrait être consacrée, en priorité, à l’examen et à l’adoption de la Loi des Finances 2022. Traditionnellement, c’est l’exécutif qui bloque députés nationaux et sénateurs, en déposant tardivement le document ad hoc.

Contrairement aux années antérieures, le gouvernement des « Warriors », mis en place par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, depuis mars 2021, et conduit par le Premier ministre Sama Lukonde, est à jour. Selon le dernier compte rendu du Conseil des ministres tenu le vendredi 10 septembre, l’avant-projet du Budget 2022 est fin prêt.

            Il se situe à hauteur de 20.682, 6 milliards de francs congolais, soit l’équivalent d’environ 10,5 milliards de dollars américains. Comparativement au projet de budget de l’exercice 2021, chiffré à 14.620,5 milliards de francs congolais, soit 7,5 milliards de dollars américains, il se dégage un taux d’accroissement de 41,5%.

L’exécutif national s’est fixé comme priorités, dans la Loi des Finances 2022, les secteurs liés à la sécurité, au social (santé et éducation), ainsi qu’à ceux porteurs de croissance, à savoir l’agriculture, le développement rural, l’industrie et les infrastructures. Les autres priorités concernent le recensement et l’identification de la population, le financement des opérations électorales, etc.

Le gouvernement, indique-t-on, est animé de la ferme volonté de maximiser les recettes et de comprimer les dépenses, en commençant par la réduction du train de vie des institutions et la rationalisation de la gestion des investissements.

            Députés nationaux et sénateurs se voient ainsi investis, à l’occasion de cette session budgétaire, de la lourde mission de rechercher des ressources additionnelles, afin de doter le pays d’un budget correspondants à ses potentialités minières, agricoles, fiscales et autres. Il est à espérer qu’ils iront droit au but, avant de se tourner vers d’autres matières inscrites au calendrier. Ils devraient éviter tout ce qui serait de nature à retarder l’adoption du budget de la République, sur qui reposent les espoirs de nombreux compatriotes qui rêvent d’un nouveau Congo qui peine à se concrétiser, deux ans après le changement de gouvernance au sommet de l’Etat.

            Le président du Sénat, Modeste Bahati, et son collègue de l’Assemblée Nationale, Christophe Mboso, sont ainsi appelés à bien tenir leurs troupes, du 15 septembre au 15 décembre, de manière à ne pas tomber dans la distraction.

                                    Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •