Primature : conseillers et chargés d’études accusent de nouveau Tshibala

0
557
Bruno Tshibala, le 17/03/2017 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

A Son Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Chef du Gouvernement sortant,

Bruno TSHIBALA NZENZE

à KINSHASA/GOMBE

CONCERNE : Détournement des salaires, primes et autres avantages légaux des membres de votre Cabinet

Excellence,

            Les Conseillers et Chargés d’études, membres de votre cabinet dont je suis conseil me chargent de vous faire connaître respectueusement l’objet repris en apostille ;

            En effet, après une longue patience, ils ont décidé de délier leurs langues par la présente pour dénoncer ce qui s’apparente à un mépris, à propos de leur barème salarial, primes et autres avantages légaux depuis leur entrée en fonction, le 05 octobre 2017 jusqu’à ce jour.

            Attendu que c’est en vertu du décret n° 7/012 du 05 octobre 2017 qu’ils travaillent au sein de votre cabinet, et leurs prestations ne prendront fin légalement qu’avec la prise d’un nouveau décret le relevant.

            Cependant, ils tiennent à vous rappeler que depuis leur entrée en fonction jusqu’à ces jours, ils n’ont jamais bénéficié de leurs salaires réels, tels que prévus légalement; qu’ils vous demandent par ailleurs, si le salaire d’un membre d’un cabinet politique, surtout celui du Premier Ministre, est fixé officiellement par un acte administratif ou par la décision autonome d’un individu dont le taux dépend de la magnanimité du Prince?

            Attendu qu’en effet, les salaires que vous leurs avez imposés depuis octobre 2017 jusqu’à ces jours, ne sont pas conformes au barème fixé par le ministère du Budget et surtout pas conformes aux lois financières exercices 2017 et 2018, soutiennent-ils.

            Que vous vous souviendrez, que «ces salaires humanitaires» (de vos collaborateurs), selon l’expression de votre Directeur de cabinet SOMWE, disent-ils, a pu évoluer de la manière suivante:

            D’octobre 2017 à Avril 2018 : 300.000 Fc pour le conseiller et 150.000 Fc pour le chargé d’études ; De mai au juin 2018 : 700.000 Fc pour le conseiller et 450.000 Fc pour le chargé d’études; De juillet 2018 jusqu’à ces jours, vous payez à deux tranches dans un intervalle d’au moins un mois, 1.870.000 Fc pour le conseiller et 800.000 Fc pour le chargé d’études.

            Qu’il faille noter que la petite augmentation enregistrée de juillet 2018 à ces jours, est la conséquence logique de la crise du février 2018 qui avait même occasionné la démission de votre Directeur de cabinet SOMWE ;

            Attendu qu’informé de cette situation honteuse pour la République, le Chef de l’Etat sortant que nous remercions vivement en passant, avait autorisé une rallonge budgétaire en ce qui concerne la rémunération des cabinets ministériels, y compris le vôtre, avec une instruction à votre endroit de traiter vos collaborateurs comme des hommes d’Etat en leur allouant des salaires dignes;

Que curieusement, poursuivent-ils, vos deux hommes de main, le Directeur KAMANDA DIBWE Félix et le Conseiller Administratif et Financier TSHIBINGU, ainsi que vous-même, avez décidé de ne payer que 40% et 33% des salaires respectivement au conseiller et au chargé d’études. Et comme si cela ne suffisait pas, vous avez appliqué une politique salariale à deux vitesses, illustrée par quelques faits ci-après:

1. Comment comprendre, soutient ils, que votre système mis en place, octroie un salaire de 1.870.000Fc à un Conseiller mais alloue à l’intendante, votre fille Julie MULEKA TSHIBALA, ayant le même rang que ce dernier, le salaire d’un Conseiller Principal, 7.000.000 Fc?

2. Comment aussi justifier, poursuivent-ils, que votre fille VERONE TSHIBALA qui est conseillère puisse percevoir trois fois, le salaire d’un conseiller? (Soit à peu près 5.000.000 Fc) et ce, depuis 2017?

3. Pourquoi, le Directeur KAMANDA et son Conseiller TSHIBINGU, octroient-ils des salaires à tous vos enfants et vos amis, qui ne travaillent même pas, et dont certains vivent à l’étranger, se demandent-ils?

4. Pourquoi avez-vous distribué, par cession, les véhicules de l’Etat, uniquement à vos enfants, membres de votre famille et à vos amis? Ont-ils presté plus que les autres au sein de votre cabinet, s’interrogent-ils?

5. Pourquoi avez-vous refusé de payer leurs primes, indemnités kilométriques, et les frais scolaires 2018 ; Quelle est la destination de tous ces fonds? se demandent-ils?

6. Comment expliquer que l’intendante Julie MULEKA TSHIBALA, votre fille, leur fournit du carburant pendant seulement 8 mois sur les 22 mois de prestation au sein de votre cabinet ? Et la différence, peut-elle leur être remboursée ?

7. Pourquoi vous refusez de payer leurs salaires du mois de juin 2019, alors que vos enfants et vos amis continuent à en bénéficier? se demandent-ils ?

8. Pourquoi avez-vous organisé la paie de vos propres collaborateurs en dehors des installations de la Primature ? (Car, la paie des chargés d’études pour le mois de Mai 2019 a été effectuée presque dans la rue, dans un bâtiment abritant un débit de boissons,) pendant que vos enfants conseillers et vos amis sont traités dignement? Est-ce pour les humilier d’avantage, comme vous les avez-vous-même traités de ramassis?

9. Pourquoi avez-vous ordonné la fermeture de leur bureaux de l’immeuble ARWIMI, sur Royal, à leur insu; que cela a de facto, occasionné, la perte de leurs effets personnels, pendant que vos enfants conseillers et vos amis continuent à accéder aux leurs? Est-ce pour justifier le non payement de leurs salaires du mois de juin en cours?

10. Pourquoi la disparité dans la paie des indemnités de sortie à EQUITY BANK? Comment expliquer que la direction de votre cabinet, les conseillers principaux et les conseillers techniques spéciaux ont bénéficié des indemnités de sortie calculées sur base du salaire réel pendant que les conseillers et chargés d’études ont été payés sur base du salaire forfaitaire que vous avez imposé aux membres de votre cabinet?

            Attendu que de tout ce qui précède, cette situation telle que décrite ci-haut a causé d’énormes préjudices, et a de facto, engendré désolation, querelles, irritations et autres effets collatéraux tant dans les chefs de vos conseillers et chargés d’études personnellement que dans leurs familles respectives; Que les mariages sont brisés; renchérissent-ils, les enfants sont non scolarisés; les décès enregistrés faute des soins appropriés; certains ‘membres du cabinet ont développé des AVC ; les locataires sont déguerpis; quelques-uns vivent jusqu’à ces jours dans les églises et se sentent clochardisés même.

            Attendu que considérant le travail que les conseillers et les chargés d’études ont abattu pour assurer continuellement le bon fonctionnement de cette grande et importante institution (Primature) à votre satisfaction, et les sacrifices consentis dans ces pénibles conditions de labeur, d’une part, et l’injustice, les manques à gagner énormes occasionnés par ces détournements organisés et les effets collatéraux y afférents, d’autre part, vos Conseillers et Chargés d’Etudes exigent ce qui suit :

1. Le paiement de leurs primes, indemnités kilométriques et des frais de rentrée scolaire 2018 -2019, de toutes les périodes de leur prestation;

2. La différence de leurs indemnités de sortie calculées sur la base barémique réglementaire.

            Attendu que vos Conseillers et Chargés d’Etudes saisissent cette occasion, martèlent-ils, pour solliciter l’implication personnelle de son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, (garant constitutionnel des institutions de la République et de leur bon fonctionnement) ainsi que celle de toute la hiérarchie qui les lisent en ampliation, afin de les rétablir dans leurs droits; et demandent par ailleurs, à son Excellence Monsieur le Premier Ministre Sylvestre ILUNGA ILUNKAMBA de diligenter un audit administratif et financier dès sa prise de fonction pour qu’il ne tombe pas dans un flou désagréable organisé par rapport à la gestion de ce cabinet sortant.

            Excellence, le collectif des conseillers et Chargés d’études de votre cabinet tiennent trouver satisfaction de leurs demandes ci-haut formulées avant l’investiture du nouveau Premier Ministre; a contrario, le collectif de Conseillers et chargés d’Etudes se réserverait le droit de saisir toutes les instances judiciaires compétentes pour que les auteurs de ces détournements soient personnellement identifiés et que leurs responsabilités individuelles soient établies et que leurs condamnations soient appliquées.

Espérant que la présente (constitue aussi mise en demeure) retiendra votre particulière attention et réservera suite favorable à celle-ci, veuillez agréer, Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement sortant, l’expression de ma très haute considération et accorder à la présente le bénéfice de l’urgence.

POUR LE COLLECTIF

Maître KUTSHI NENGANA

L’un de ses conseils

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •