Présidentielle RD Congo 2011 : Etienne Tshisekedi arrive

0
32

C’est dans une salle de conférence pleine à craquer que monsieur Etienne Tshisekedi, Président National de l’UDPS s’est entretenu avec la presse congolaise et internationale, à l’hôtel Montgomery de Bruxelles, le mercredi 18 août 2010, entre 13h50 et 14h50.

Deux ans après son arrivée en Belgique pour soins médicaux, Tshisekedi se considère désormais suffisamment en forme pour rentrer sur la scène politique congolaise. Preuve, autant dans son exposé que durant le jeu des questions-réponses, monsieur Tshisekedi n’a touché aucune note. 

            Monsieur Mbuyi Pierre, Président fédéral de l’UDPS BENELUX qui assurait la police des débats a introduit monsieur Etienne Tshisekedi qui d’entrée de jeu a commencé par dépeindre la situation générale du pays.

La RD Congo est caractérisée aujourd’hui par la situation de non état, un Etat s’entendant par la soumission de tous à la loi. Ce qui n’est pas le cas chez nous.

La cause de la déliquescence de l’état aujourd’hui?

            Le non respect des accords de Sun City qui prévoyaient entre autres : la pacification du pays, la cessation des conflits, la mise en place d’une armée nationale.

Et après : le recensement, savoir qui est Congolais et qui ne l’est pas, l’enrôlement, puis les élections. Déjà à la mise en place des institutions de transition, une tricherie et une injustice avaient été commises : l’attribution de la vice-présidence, destinée à l’opposition politique non-armée. Ce poste fut confié à un sous-fifre, un individu sans envergure et n’ayant aucune représentativité nationale.

            Sans avoir résolu ce problème, les élections étaient dès lors compromises, avec des répercussions jusqu’aujourd’hui sur la marche de la nation : mécontentement de la population, misère…

Une population ne peut se sentir concernée par la gouvernance des gens qui ne la connaissent pas, des gens qui n’ont comme connaissance principale que le maniement des armes.

Bref, le pays vit une véritable catastrophe.

Maintenant l’UDPS est décidée à ne pas laisser le pays entre des mains inexpertes, pire qui n’ont comme éthique que le profit personnel, le remplissage des poches.

Durant l’échange avec la presse, des questions ont été posées sur tous les points de la marche de la nation.

La sécurité à nos frontières : avons-nous suffisamment balayé devant notre porte ?

L’économie,  la culture : elle sera l’outil principal pour la moralisation de la société

Le vote des Congolais vivant à l’étranger,

le caractère modéré voire consensuel du ton adopté par le leader de l’UDPS, les contacts avec différentes organisations internationales,

le jusqu’auboutisme de l’abbé Malumalu et sa CEI,

la future présence d’un membre de l’UDPS à la CENI : il sera l’œil et l’oreille de tous les sans-voix

L’enrôlement des combattants de l’UDPS pour les élections prochaines,

le thème de la campagne de l’UDPS.  

            La nécessité ou non d’un candidat unique pour l’opposition : laissez jouer la démocratie  Etienne Tshisekedi a répondu toutes ces interrogations, toujours conforme au style qu’on lui connaît, légaliste, soucieux du bien-être de tous, démocrate, exigeant sur l’éthique dans la vie politique. Assez régulièrement, monsieur Etienne Tshisekedi lançait quelques pointes d’humour. A certaines questions il donnait une réponse concise, brève, en quelques mots.

            A plusieurs reprises, il a lancé un appel aux membres de la communauté internationale. La plupart avaient soutenu Kabila en 2006. Aujourd’hui, ils se disent déçus par leur choix de l’époque.

            Quant à la date buttoir de la fin du mandat de  Kabila telle que boutiquée par l’abbé Malumalu, Etienne Tshisekedi a été plus que formel : «  Ce serait un crime de notre part que de laisser quelqu’un dont l’élection avait été plus que douteuse… Cela suppose que nous tous nous auront été tués avant qu’on ne puisse accepter des choses de ce genres là (écouter la vidéo plus bas). Les partis politiques, la société civile, les congolais vivant à l’étranger doivent se mobiliser pour ne pas cautionner cette injustice.

            Il est certain, cette sortie médiatique de monsieur Etienne Tshisekedi va marquer pour longtemps la vie politique nationale. Ceux qui ont crié victoire trop tôt dans l’espoir de l’absence de l’UDPS et son leader aux élections devront revoir leurs calculs. Etienne Tshisekedi est candidat à la présidence.

De  nouvelles alliances vont sûrement désormais se lier. Pourquoi ne pas voir par exemple Palu se ressaisir et quitter le bateau AMP où il a beaucoup servi comme marchepieds ? 

Cheik FITA

Bruxelles, le 18 août 2010

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*