Présidentielle de décembre : l’opposition et Nangaa au bord de la rupture

2
365

Après l’incident du mercredi 10 octobre 2018 au siège de la Centrale électorale, entre les candidats de l’opposition à la présidentielle et le président de la CENI, c’est désormais la guerre ouverte entre les deux parties.

Dans une déclaration rendue publique hier au siège de G7 et lue par un des leurs, nous avons cité Martin Fayulu, les candidats de l’opposition pour la présidentielle de décembre 2018 ont martelé que faute de consensus autour des questions majeures qui empoisonnent le processus électoral, notamment le non usage de la machine à voter, la radiation de 10 millions d’électeurs sans empreintes digitales, ils vont recourir incessamment aux actions de rue pour se faire entendre.

A ce sujet, ils annoncent un grand rassemblement populaire ce samedi 13 octobre à Lubumbashi. Tandis que le  26 octobre, de grandes marches de protestation vont être organisées à travers le territoire national
pour exiger l’impression des bulletins et de vote manuel, conformément
à la loi électorale et au calendrier électoral publié par la CENI. La
finalité de ces actions de protestation, a fait remarquer Fayulu, est
d’obtenir des élections libres, démocratiques, transparentes,
inclusives et apaisées.             EW

DECLARATION POLITIQUE DE L’OPPOSITION
Après avoir rencontré la délégation du Conseil de Sécurité des Nations
Unies en mission à Kinshasa le samedi 04 octobre 2018 et la CENI, le
mercredi 10 octobre 2018, l’Opposition Politique Congolaise réunie ce
jour à Kinshasa:
1. réitère sa volonté et sa détermination d’aller aux élections
transparentes, crédibles et inclusives le 23 décembre 2018 ;
2. condamne fermement le comportement non-conciliant et, pour le
moins, méprisant du Président de la CENI, Monsieur Corneille Nangaa, à
l’égard des candidats Président de la République lors de la rencontre
précitée ;
3. désapprouve la démarche du Président de la CENI tendant à opérer un
passage en force dans la constitution de la Commission technique
chargée d’examiner des questions restées en suspens;
4. réaffirme son exigence de vider au niveau du cadre de concertation
(CENI-Candidats Président de la République) les deux questions
préjudicielles en rapport avec la légalité de la machine à voter et la
radiation de près de 10 millions d’électeurs sans empreintes du
fichier électoral avant la mise en place de la Commission technique;
5, informe l’opinion qu’en dépit de sa bonne volonté, aucune de ces
questions n’a pu trouver de solution du fait du refus, par le
président de la CENI, d’en discuter;
6. en appelle, par conséquent. au peuple congolais de se mobiliser
dans le cadre du programme d’actions qu’elle a préparé pour exiger
l’impression des bulletins de vote manuel conformément à la loi
électorale et au calendrier publié par la CENI ;
7. confirme, dans ce cadre, les actions suivantes:
a) La tenue d’un grand meeting à Lubumbashi ce samedi 13 octobre 2018
b) L’organisation des marches de protestation le 26 octobre 2018 ;
8. invite toutes les forces acquises au changement ainsi que la
Société civile à s’approprier le processus électoral pour une
alternance démocratique et une alternative de gouvernement le 23
décembre 2018.
Fait à Kinshasa,
le 11 octobre 2018
Pour l’Opposition politique congolaise
Bemba Jean-Pierre
Katumbi Moïse
Matungulu Freddy
Tshisekedi Félix
Muzito Adolphe
Fayulu Martin,
Vital Kamerhe

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Commentaires

Comments are closed.