Présidentielle 2016 : le MSR pour un candidat unique de l’opposition

0
190

pierre numbiOuvert le jeudi 5 novembre2015, le Congrès du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR) a fermé ses portes le samedi 8 novembre 2015 au Centre Nganda, dans la commune de Kintambo.

Comme à l’ouverture, c’est son président national, Pierre Lumbi, qui a procédé à la clôture. Dans son allocution de circonstance, le leader du MSR a appelé les participants au congrès, venus des quatre coins du pays au sens du sacrifice, pour relever les grands défis, dont le principal est la conquête du  pouvoir pour appliquer le projet de société du parti coulé dans le plan stratégique adopté au congrès.

Il les a exhortés à cultiver l’amour entre eux mais aussi envers leurs adversaires politiques. « En démocratie, le débat politique n’appelle pas les injures et la haine »,a déclaré l’ancien Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en matière de sécurité.  

S’agissant de ceux qui ont quitté le navire MSR, Pierre Lumbi a invité les cadres et militants de son parti à travailler dur pour faire revenir ces enfants prodigues dans la maison.

Il est à noter que le président national du MSR a refusé le culte de sa personne pendant le congrès. Plus de trois fois, Pierre Lumbi a rappelé à l’ordre des partisans qui scandaient des chansons à sa gloire. « C’est de cette façon que nous créons des dictateurs. Personne ne nait pourtant  Dictateur », a-t-il tonné.

Bien avant l’exposé de Pierre Lumbi, le Secrétaire rapporteur du MSR, Esuka Jean-Claude, a lu les résolutions du Congrès. Par lesquelles le refus du MSR de participer au dialogue, le choix d’un candidat unique pour la présidentielle, en accord avec les autres partenaires de l’opposition.           Le parti de Pierre Lumbi attend aussi présenter ses candidats à tous les scrutins à l’horizon 2016, hormis la présidentielle, qui va exiger des négociations avec ses alliés naturels.                                                                                                                       EW      

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •