PPTE : c’est pour juillet !

0
56

L’Initiative des pays pauvres très endettés (Ppte) atteindra son point d’achèvement en juillet prochain en RD Congo. C’est l’information donnée à la presse vendredi par le ministre des Finances, Matata Ponyo, de retour d’un récent voyage aux Etats-Unis. Il dit se fonder sur « des sources formelles » de la Banque mondiale (Bm) et du Fonds monétaire international (Fmi). L’argentier congolais venait de prendre part aux travaux des assemblées de printemps qu’initie la Banque mondiale. L’interlocuteur des médias a assuré que les services de ces deux institutions financières s’attèlent – alors qu’il quittait Washington – à la finalisation d’une étude de viabilité de la dette. « Si l’étude est finalisée à temps, le dossier de la RDC pourrait passer avant le 30 juin 2010 », a nuancé le ministre qui a dit avoir souhaité que «tout se fasse le 30 juin, date anniversaire de notre indépendance ». Il a porté à la connaissance de ses interlocuteurs que les déclencheurs ont été réalisés. Notamment, sur les 38 réformes, 31 ont pu être accomplies « et les autres sont en cours ».

« Le Fonds Monétaire International et la Banque mondiale pensent que les conditions sont réunies pour que la RDC accède au point d’achèvement… », a-t-il ajouté.

Parmi les déclencheurs, c’est aussi la position nette du gouvernement qui touche essentiellement sa gestion des finances; les avoirs extérieurs nets et les avoirs intérieurs nets, trois conditions exigées par les deux partenaires. « Ces efforts ne sont pas théoriques, le taux d’inflation culmine de 50% à 14% ; il s’agit là de la détermination de l’équipe économique actuelle sous l’impulsion du chef de l’Etat », s’est félicité Matata qui a dit toute sa joie que l’effacement concerne environ 9 milliards Us de la dette.

Les échanges qu’il a eus avec les hauts responsables de la Bm et du Fmi – dit-il – l’ont rassuré. Avec le managing director de la Bm, les entretiens ont tourné autour du portefeuille de l’institution financière allouée à la RD Congo, spécialement dans son volet touchant à l’exécution physique des projets.

Des finances à la lutte contre le palu

D’une pierre deux coups, la délégation congolaise s’est, en outre, signalée dans un forum sur le paludisme.

Défenseur de ses concitoyens, Matata a plaidé pour son pays. Ainsi, le secrétaire général de l’Onu a pris l’engagement de mobiliser environ 80 millions de l’ensemble de la cagnotte estimée 200 millions Usdo en faveur de la RDC. L’autre question abordée dans la foulée du séjour américain, c’est celle liée à l’environnement. Reconnu comme l’un des pays qui préservent le monde contre le réchauffement climatique, le Congo – aux dires des experts – n’engrange aucun bénéfice des atouts naturels dont regorge. Ici, la cause du pays a été portée à la connaissance des « grands » de ce monde. Optimiste, « Mapon » a souligné croire fermement que son pays sera rétribué au prorata de son apport.

La délégation partie de Kinshasa comprenait – outre le ministre Matata – le ministre du Budget, le gouverneur de la Banque centrale, le Conseiller du Chef de l’Etat en charge de l’Economie, le directeur de cabinet adjoint du premier ministre et des experts. Des séances avec des partenaires bi comme multilatéraux ont pu être organisées. Et l’essentiel a porté sur l’état de santé de l’économie congolaise avant que les délégués de Kinshasa n’abordent la même thématique avec le président du groupe de la Banque africaine de développement (Bad), le Rwandais Donald Kaberuka.            

D-I.K 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*