Pour la CDC : «le découpage des provinces vise le glissement du calendrier électoral»

0
137

Ceni_1La Convention des Démocrates Chrétiens (CDC), un parti politique de l’opposition, vient par le biais de son secrétaire général, Pepe Dikuta Munkana,  de réagir à son tour sur le calendrier global des élections publié par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) en date du 12 février 2015.

Cette réaction est contenue dans un communiqué daté du 4 mars 2015, portant le paraphe du secrétaire général précité et dont une copie nous a été remise le week end passé.   Il  s’est également  s’efforcé   d’analyser à sa manière  les raisons profondes  qui  ont poussé nos décideurs politiques à opérer un nouveau découpage des provinces de la RDC en ce début d’année.
Pour cet opérateur politique, l’applicabilité du découpage actuel de nos provinces  va poser problème, dans la mesure où l’ordonnance du Chef de l’Etat sur cette matière  ne va pas garantir la tenue des élections dans le délai constitutionnel.  Dikuta admet  le caractère légal de l’ordonnance prise par le Chef de l’Etat car elle figure dans la Constitution mais précise « cela n’est pas opportun pour le moment. On a visé le glissement du calendrier électoral ».
Quant au premier point, la position de ce cadre de la CDC est que le calendrier  électoral tel que publié par la CENI le 12 février 2015 va  hypothéquer l’atterrissage en douceur du processus électoral, compte tenu de plusieurs contraintes.
« Le fait par exemple  pour la  CENI de fixer le nombre des sièges à pourvoir pour chaque conseil municipal  selon le nombre d’habitants amène à un recensement qui ne dit pas son nom », fait-il remarquer.
«Le  gouvernement congolais, lit-on,  a crée d’autres groupements et ceci nous amène à constater le désordre qui en résulte.  C’est le  cas avec  des chefs des secteurs étant donné que la responsabilité de fixer les sièges à pourvoir par groupement (article 208) incombe à la CENI et jusqu’ici aucune cartographie précise ne nous a encore été présentée».
Tenant compte de ces écueils, la CDC estime que l’institution en charge de l’organisation des élections dans notre pays ne peut pas à son tour   s’en passer et devrait  postposer les élections locales, municipales, urbaines et provinciales pour 2017  et prioriser les élections présidentielle et législatives.
Les Démocrates Chrétiens souscrivent au calendrier global réaménagé tel que ficelé et déposé à la CENI le 3 mars 2015 par les partis politiques de l’opposition, la société civile, la diaspora, les regroupements politiques et groupes parlementaires de l’opposition.
«C’est de cette manière, indique-t-il, que nous allons garantir l’atterrissage en douceur du processus électoral en RDC et ceci dans l’intérêt de la population congolaise qui lors des Trois Glorieuses de janvier 2015 a manifesté son désir ardent de vivre une l’alternance réelle et démocratique  en RDC».
Jean- Pierre Nkutu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •