Polio : secoué, le Maire de Tshikapa a juré d’éradiquer l’épidémie

0
71

Le Maire de Tshikapa, Kabulu Mputu Laurent, a montré une attention toute particulière pour la 2ème phase de la Campagne de riposte contre la poliomyélite menée sur toute l’étendue de sa juridiction dans la Province du Kasaï-Occidental ; campagne qu’il a personnellement lancée le jeudi 24 février 2011 devant plusieurs notabilités de sa mairie et des invités venus aussi bien de Kinshasa que de Kananga, chef lieu de la province. En effet, il y a de quoi émouvoir le premier responsable de Tshikapa : juste avant le début de la campagne qui s’est déroulée du 24 au 26 février 2011, le district sanitaire de Tshikapa comptait déjà pas moins de 32 cas notifiés de poliomyélite à travers ses neuf zones de santé : 2 à Banga Lubaka ; 6 à Kamonia ; 2 à Kanzala ; 16 à Kamuesha ; 1 à Tshikapa et 5 à Mutena. Jusqu’alors, seulement trois zones de santé pouvaient se targuer d’être restée officiellement hors d’atteinte de ce fléau : il s’agit de Kalonda (ouest) ; Kitangwa et Nyanga.

          Parmi les 32 cas figurent trois cas graves de poliomyélite flasque aiguë (PFA) repérés dans les zones de santé de Kanzala et Kamuesha. Faut-il encore rappelé que l’année dernière les spécialistes du ministère de la Santé ont montré que l’actuelle épidémie de la polio, venue de la République voisine de l’Angola, a eu pour porte d’entrée le district sanitaire de Tshikapa et plus précisément la Zone de santé de Kamonia, avant d’inquiéter les autres provinces telles que Bandundu, Bas-Congo ou Kinshasa? Conscient de cette dure réalité, le maire ne cesse d’encourager les équipes de vaccination sur terrain en leur affirmant que le seul moyen d’éradiquer complètement l’épidémie de la poliomyélite à Tshikapa est de multiplier, si possible et tant que les moyens le permettent, les campagnes de vaccination. Abordé par Le Phare sur cette question, il a dit qu’il s’engageait pour qu’on ne parle plus de la polio dans la ville de Tshikapa, car cette maladie met en péril l’avenir de la population et de la ville de Tshikapa et qu’il fallait mettre tous les moyens en marche pour sensibiliser la population sur l’utilité de la vaccination et, simultanément, rendre la vaccination disponible non seulement pour lutter contre la polio, mais aussi contre les autres maladies évitables par la vaccination, telles que la rougeole, le tétanos, le diphtérie, la tuberculose, etc.

Appel à l’Unicef et aux autres partenaires du développement

          Devant l’exigence des moyens que requiert l’entreprise de mettre hors d’état de nuire la poliomyélite à Tshikapa et devant l’étroitesse des moyens dont disposent les autorités publiques, le Maire a lancé un appel à l’aide à toute personne de bonne volonté, à la population elle-même qui est la première victime de toute épidémie, mais aussi aux agences des Nations Unies, particulièrement à l’Unicef ; elle qui s’est donnée pour rôle l’épanouissement des enfants et des femmes; deux des couches vulnérables de la population. Il souhaite que l’Unicef, qui appuie déjà d’une manière remarquable toutes les campagnes de vaccination dans notre pays – en fournissant matériels de la chaîne de froid ; vaccins ; collations ; renforcement de capacité de prestataires sur terrain etc – puisse fournir un effort supplémentaire pour ce district sanitaire pour que, si possible, toute la population soit vaccinée contre la polio.
          Il y a des fois, dit-il, on manque le moyen de transport ou du carburant pour atteindre la zone de santé la plus éloignée de la juridiction pour acheminer le vaccin ; les formateurs aussi besoin d’appui pour parfaire leur travail. Il dit être conscient du travail abattu par l’Unicef, mais un effort supplémentaire pour Tshikapa serait vraiment le bienvenu.

Tshikapa l’épicentre de l’épidémie ?

          Prenant la parole à la cérémonie de lancement officiel de la 2ème phase de riposte contre la polio, Dr Jean Pierre Okandjo Okito, médecin chef de District sanitaire de Tshikapa a éclairé l’assistance sur les raisons d’existence de plusieurs phases de campagne de vaccination qui se justifie par le fait que la poliomyélite circule encore dans nos milieux. Il a rappelé qu’en 2010, le pays a eu 99 cas de poliovirus sauvage dont 63 dans leur province, le Kasaï Occidental, et près de 41cas pour le seul district de Tshikapa, leur district. Il a relevé que pour cette année 2011, neuf cas de poliovirus sauvage sont déjà notifiés dans notre pays dont deux à Kinshasa, deux dans le Bas-Congo et cinq cas dans le Bandundu. Ainsi donc, il a précisé que pour faire face à la résurgence de la polio dans notre pays, le ministère de la Santé publique a développé avec l’appui de ses traditionnels partenaires en santé, le « Plan d’urgence » pour l’interruption de Poliovirus sauvage  en Rd Congo en 2011.
SAKAZ (Notre envoyé spécial à Tshikapa)      

 

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*