Pluies diluviennes à Kinshasa : hécatombe à Mont-Ngafula

0
85

La forte pluie qui s’est abattue mardi, 12 avril 2011,  matin pendant de longues heures  sur la ville de Kinshasa a fait d’énormes dégâts un peu partout à travers la ville.
Outre les habituelles inondations dans les quartiers marécageux, les routes défoncées, les caniveaux qui débordent à cause de leur engorgement,  la pluie a surtout fait beaucoup de victimes collatérales.
Parmi ces victimes et les dégâts enregistrés, une famille entière a été ensevelie au quartier Sans Fils dans la commune de Mont Ngafula, suite à un glissement de terrain. On déplore la mort de deux personnes une mère et son  enfant en bas âge qui ont été tués et  les survivants n’ont eu la vie sauve que grâce à l’intervention du voisinage venu secourir les infortunés.

Selon plusieurs  témoignages parvenus au Phare, on déplore plusieurs victimes. Située sur un site escarpé, une  maison a été emportée par un amas de terre et de boue venus de la colline voisine, située en contrebas, la maison n’a pas résistée à l’impact du choc. 

Une autre victime toujours dans le même quartier, c’est un petit enfant emporté par  la coulée de boue alors qu’il était accroché au dos de sa mère occupée à mettre sa progéniture à l’abri. La mère  dans sa course folle avec ses trois enfants a perdu le troisième agrippé sur son dos et  elle ne s’est  même pas rendue compte que celui-ci était tombé. Elle n’a eu que ses yeux pour verser ses larmes. Et on signale qu’une battue est organisée dans le secteur afin de retrouver le corps de ce petit enfant Un autre dégât, c’est une antenne d’une entreprise de communication qui est tombée sur plusieurs maisons à la Cité Mama Mobutu, emportant de pans de mur et de clôtures. 

 

La violation des normes urbanistiques

Cependant, en dehors de toutes les normes en la matière,   le problème de lotissement anarchique se pose chaque fois avec beaucoup d’acuité dans la distribution de terres à Kinshasa. Complices ou avides d’argent, les services de cadastre et les autorités compétentes ferment systématiquement  à dessein les yeux sur ce trafic illicite et maffieux qui enrichi leurs auteurs au détriment de la vie humaine et de la protection de l’environnement. Ces services sans scrupule n’hésitent pas à accorder de  permis de construire sur de lit de cours d’eaux, sur les pentes raides, voir  sur de pans de routes, qui demeure un ouvrage d’utilité publique.

Il suffit de faire un tour du côté du quartier Upn dans la commune de Ngaliema ou sur la route de Matadi le  long de la place anciennement appelée  « Buka Mikuwa » de triste mémoire dans la commune de Selembao.  Sans aucune mesure de sécurité au préalable, les maisons poussent de terre sur le lotissement à risque. Il suffit d’une moindre erreur humaine pour que tout s’écroule. Par moment on est à se demander si c’est fait exprès. Voici pourquoi il est vraiment temps que l’on revienne aux standards internationaux afin d’éviter le pire.
Malheureusement, c’est devenu une ritournelle à chaque saison de pluie, on ne se meut plus devant les dégâts humains et matériels que ces fortes pluies occasionnent. Il y a visiblement un manque de suivi de la part des pouvoirs publics qui laissent faire n’importe quoi.

Ces terres peuvent être loties, mais il faut au préalable assainir les milieux avant de les mettre à la disposition de la population. C’est-à-dire, tracer les routes et les asphalter, construire les caniveaux  pour l’évacuation des eaux. Il suffit pour endiguer le mal,  construire  une voirie urbaine digne de ce nom. 
Comme cela a été le cas pour la cité Salongo, construite d’ailleurs sur ce même type de terrain. S’il  résiste encore à l’usure malgré le comportement irresponsable de certains habitants qui ne se gênent de jeter les ordures dans les voies d’évacuation d’eaux, c’est parce que les normes ont été respectées.
Tandis qu’aujourd’hui on se passe de normes. Plus personne ne s’y conforme. On construit n’ importe où et n’importe comment devant la passivité de l’Etat propriétaire absent du circuit. On attend qu’il y ait de morts pour s’activer et faire du saupoudrage. Bref, c’est de l’anarchie totale, ce secteur semble échapper à tout contrôle

A.Vungbo 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*