Photo Fatshi-Kagame : polémique stérile !

0
464

La photo montrant le Président congolais, Félix Antoine Tshisekedi, assis côte-à-côte avec son homologue du Rwanda, Paul Kagame, tenant la main de ce dernier et devisant avec lui en souriant, lors de la cérémonie d’ouverture du 9me Sommet des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, enflamme les réseaux sociaux depuis 48 heures. Des acteurs politiques, plus préoccupés par la recherche d’une petite publicité gratuite que par la défense des intérêts vitaux de la Nation, ont sauté sur l’occasion pour estimer que Félix Antoine Tshisekedi n’aurait pas dû se trouver dans la proximité de l’homme fort de Kigali, à cause de la situation qui continue de prévaloir dans la partie Est du pays et dont ils tiennent pour responsable, le Président rwandais.

         Ces opportunistes de la classe politique congolaise vont jusqu’à soutenir qu’il s’agirait d’un acte de haute trahison du pays. Ils auraient sans doute aimé voir le Chef de l’Etat congolais sortir des biceps ou se répandre en injures sur la personne de Paul Kagame, comme cela venait de se passer à l’Assemblée nationale, avec l’agression manquée du Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur par des députés nationaux, ou à l’Assemblée provinciale du Kongo Central, où avait eu lieu une bataille rangée entre élus pro et anti Matubuana, ou encore comme on l’avait vécu au mois de février à la Place Sainte Thérèse, à Ndjili, lors d’un meeting de « Lamuka ».

         Depuis 1994, soit 26 ans, année de l’entrée des troupes des FAR (Forces Armées Rwandaises) de feu le Président Habyarimana, pourchassées par celles de l’APR (Armée Patriote Rwandaise) de Paul Kagame, ce dernier est l’objet d’une diabolisation systématique, sans grand résultat. Au contraire, une lueur d’espoir de la fin de la guerre de l’Est apparaît de plus en plus à l’horizon depuis que le nouveau Président de la RDC, Félix Antoine Tshisekedi, a renoué le dialogue avec ses homologues Yoweri Museveni de l’Ouganda et Paul Kagame du Rwanda.

         Les Congolais devraient cesser de faire preuve de naïveté politique en croyant que la solution, pour éradiquer les groupes armés étrangers présents au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, c’est de rompre les relations diplomatiques, économiques, commerciales et culturelles avec les deux pays. Félix Antoine Tshisekedi n’avait-il pas souligné, lors de sa première rencontre avec Paul Kagame, en marge de sa première participation à un Sommet de l’Union Africaine, à Addis-Abeba, que quoique l’on fasse, on ne changer jamais la géographie entre la RDC et ses 9 voisins. Notre pays est condamné à partager, jusqu’à la fin du monde, les frontières héritées de la colonisation, au terme de la Conférence de Berlin (1885), avec non seulement le Rwanda et l’Ouganda, mais aussi le Burundi, la Tanzanie, la Zambie, l’Angola, le Congo/Brazzaville, la République Centrafricaine et le Soudan.

         Dans le même ordre d’idées, il avait renchéri qu’au lieu d’ériger des barrières entre les Congolais et les autres peuples d’Afrique Centrale et des Grands Lacs, on gagnerait plutôt à construire des ponts. Nous pouvons ajouter que c’est pareil pour l’histoire.

         Par conséquent, au lieu de se laisser distraire par des architectes des futilités, le peuple congolais devrait avoir les regards tournés vers le dialogue constructif, la cohabitation pacifique, la fraternité, la paix avec ses frères et sœurs des pays limitrophes. Car, pendant que des populations congolaises démunies de l’Est traversent, le jour, les frontières de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi, à la recherche des produits manufacturés (sucre, lait, ciment, tôles, carburants, boissons alcoolisées et gazeuses, huiles végétales, tissus, chaussures, savons, etc), des politiciens à la grande gueule préfèrent le faire la nuit, à l’abri des regards. Ce sont les mêmes que l’on retrouve sur la liste de meilleurs clients de Rwandair, qu’ils avaient pourtant diabolisée lors du lancement de la ligne Kinshasa-Kigali.

         Ce qui devrait compter, en définitive, dans les relations entre la République Démocratique du Congo et le Rwanda, c’est la sauvegarde des intérêts du peuple congolais par le Chef de l’Etat actuel, Félix Antoine Tshisekedi. A-t-il failli dans l’accomplissement de son devoir ? Cela reste à démontrer.

                                                                           Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •