Le peuple attend la loi rectificative des finances

0
104

parlementLe rapport de La Commission Economique et Financière relatif au projet de loi rectificative des finances pour l’exercice 2016 a été déclarée recevable par l’Assemblée Nationale lors de sa plénière d’hier mercredi 1 juin 2016. Ce rapport a été renvoyé au Sénat pour une seconde lecture avant sa promulgation par le chef de l’Etat, aussitôt après l’harmonisation au niveau des deux chambres dans une commission mixte paritaire.

Dans son analyse, l’Ecofin a relevé à la fois la surconsommation et la sous- consommation des  crédits alloués aux institutions et ministères au premier trimestre 2016.

En ce qui concerne particulièrement la CENI, les utilisations au 1er mars se chiffrent à 17. 670 .000.000FC contre une prévision linéaire de 2.276.895 .493 FC.

Compte tenu de la particularité de l’institution, la commission a maintenu l’intégralité du budget et s’est prononcée contre le projet de réduction de 30 %.

La commission a indiqué que certaines institutions et certains ministères n’ont pas été suffisamment servis au premier trimestre ou encore n’ont rien reçu.

Dans la proposition de réaménagement des crédits budgétaires, la Commission Economique et Financière de l’Assemblée nationale a indiqué que conformément aux recommandations de la plénière, les crédits budgétaires des institutions et ministères ayant trait à la sécurité, à la défense nationale, à la justice, au social ainsi que la CENI seront restaurés partiellement.

Concernant les aménagements et affectations opérés sur les économies
dégagées, elle a fait état de la récupération des crédits de l’ordre
de 5.403.744.093 FC alloués aux administrations ayant connu des
dépassements à la fin mars 2016.
S’agissant de la Banque Centrale du Congo, elle a reconduit les
prévisions du gouvernement.
Après le débat, l’opinion congolaise attend que l’Assemblée Nationale
mette à la disposition du gouvernement un tableau de bord fondé sur le
gap de 2 milliards de dollars américains épinglés par le Premier
ministre. Avec un tel instrument, ce dernier serait plus à l’aise pour
les arbitrages relatifs aux dépenses.
Il faut noter que pendant le débat, le député Lokondo est revenu sur
l’affaire Gécamines qui fait polémique entre le gouvernement et le
président de la FEC, Yuma de surcroit PCA de la Gécamines.
Se basant sur un communiqué du gouvernement publié par le journal Le
Phare, l’élu de Mbandaka a sollicité la mise sur pied d’une commission
d’enquête  chargée de faire la lumière sur la gestion actuelle de ce
géant minier, jugée calamiteuse par le chef de l’exécutif national.
ERIC WEMBA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •