Pénurie des produits pétroliers : le ministre Budimbu relâché par l’ANR

0
101

Le ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu, a été remis en liberté hier jeudi 14 avril 2022, après avoir fait l’objet d’une interpellation par l’ANR (Agence Nationale des Renseignements) le mercredi 13 avril 2022. Selon plusieurs sources, il aurait été entendu sur des questions sécuritaires,le bradage des blocs pétroliers, la pénurie des produits pétroliers qui frappe le pays depuis un certain temps, mais aussi sur des détournements présumés des compensations pétrolières, dont le montant global s’élèverait à plus de 240 millions de dollars américains. Cet argent indument perçu par plusieurs sociétés pétrolières, notamment SOCIR (Société Congolaise Industrielle de Raffinerie), Sep Congo et autres, se volatilisait dans la nature, indique-t-on, depuis 2020.

            La découverte du pot aux roses serait l’œuvre de François Beya, ancien Conseiller Spécial du Chef de l’Etat, actuellement en détention préventive à la Prison Centrale de Makala pour un dossier relatif à l’atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat. On laisse entendre qu’à l’époque, il avait alerté le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, qui ne lui aurait donné aucune suite.

            On croit savoir que l’affaire vient de rebondir à la suite de la crise pétrolière, en marge de laquelle les opérateurs économiques engagés dans l’importation, le transport et la commercialisation des produits pétroliers font pression sur le gouvernement en vue d’obtenir le réajustement des prix à la hausse. Mais il y a aussi le contentieux de fameuses compensations financières mensuelles allouées à la profession pétrolière en vue de satisfaire leurs manques à gagner. Il semble que l’examen approfondi de cette « rubrique » a révélé le jeu caché des « pétroliers » et de certains membres du gouvernement Sama Lukonde comme de celui de Sylvestre Ilunga Ilunkamba dans le pillage des millions de dollars américains au détriment du Trésor public congolais.

            Des sources proches du dossier de Didier Budimbu soutiennent que plusieurs ministres ayant eu à gérer les portefeuilles des Hydrocarbures, de l’Economie Nationale et des Financiers seraient également dans le collimateur de l’Agence Nationale des Renseignements. Il n’est pas exclu qu’un de ces quatre matins, ils soient convoqués à leur tour et appelés à s’expliquer sur les « trop-perçus » dont la traçabilité poserait actuellement problème.

            S’il est démontré qu’un réseau constitué de ministres en fonctions comme ceux les ayant déjà quittées ainsi que des exploitants du secteur pétrolier étaient occupés à saigner à blanc les caisses de l’Etat sous prétexte du paiement de la facture pétrolière, la leçon à en tirer est que les malheurs des consommateurs congolais remontent à 2020 voire au-delà de cette année. Néanmoins, on ne va pas se précipiter à parler d’une maffia pétrolière qui a pris le pays en otage depuis plusieurs années, mais on n’est pas loin. 

            S’agissant des blocs pétroliers, dont le dossier était débattu en Conseil des ministres le vendredi 08 avril 2022, rien n’a filtré. On sait seulement que le gouvernement a levé l’option de lancer des études de faisabilité avant d’envisager des contrats éventuels d’exploitation avec des partenaires privés.

            Il parait que malgré le relâchement du ministre Didier Budimbu, le dossier de la pénurie des produits pétroliers et des éléments qui interviennent dans la fixation de la structure des prix ne serait pas clos. Toutefois, c’est le soulagement du côté de son cabinet où on croit savoir que sa libération serait le signal de sa bonne défense face aux limiers de l’Agence Nationale des Renseignements.

                        LP

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •