Le pavé de LICOCO : Bukanga Lonzo, la vache laitière de quelques initiés

0
305

Destiné à devenir un grand grenier agricole pour le ravitaillement régulier de la ville de Kinshasa en produits vivriers, dont le surplus serait exporté, le projet du Parc agricole de Bukanga Lonzo avait à juste titre, suscité beaucoup d’enthousiasme et d’espoirs lors de sa
mise en service. Voilà qui explique pourquoi la signature du contrat de partenariat liant le gouvernement congolais et la société sud-africaine Africom Commodities Ltd pour la concrétisation de ce projet de parc agro-industriel avait fait l’objet d’un battage
médiatique particulier. Fer de lance du gouvernement pour la lutte
contre l’insécurité alimentaire des populations riveraines, Bukanga
Lonzo ressemble aujourd’hui à un projet mort-né. Des critiques fusent
de toutes parts, non sans raison.
N’ayant pas répondu à ses promesses, ce projet agricole laisse
l’opinion nationale dubitative quant à ses perspectives d’avenir. Car,
rares sont les Kinois qui, au quotidien, retrouvent dans leurs
assiettes, des légumes, des épices et autres féculents produits par ce
parc agro-industriel. D’où des questions sur sa capacité réelle de
production pour nourrir les habitants de cette contrée, de ses
environs et ceux de la ville de Kinshasa. L’euphorie suscitée par la
vente des sacs de farine de maïs dans quelques containers à Kinshasa
s’est vite estompée. L’unique point de vente qui résiste encore à la
faillite est celui de Masina/Pascal.
La Ligue congolaise de lutte contre la corruption vient de jeter la
semaine passée, un pavé dans la mare, en dénonçant le montage
financier opaque et la gestion financière nébuleuse de ce parc
agro-industriel dont l’investissement initial s’élève à 150 millions
de dollars. A la lumière du rapport d’audit diligenté par le ministère
des Finances auprès du cabinet d’experts Ernest and Young, dont cette
ONG spécialisée en bonne gouvernance s’est procuré une copie, Bukanga
Longo pour cette structure associative, serait érigé en vache laitière
pour les dirigeants de ce par agro-industriel, ainsi que pour
certaines autorités congolaises. LICOCO affirme à ce sujet, que sur le
site web de Bukanga Lonzo, aucune information n’est divulguée sur les
actionnaires réels des sociétés partenaires d’Africom Commodities et
d’autres entités économiques. Dans leur rapport, comme l’indique la
LICOCO, les experts du cabinet d’audit Ernest and Young n’ont pas pu
accéder à certains documents comptables, ni au contrat signé entre les
prestataires AEEE Power et MIC Industries. Pire, ils n’ont pas été en
mesure de vérifier la nature de certaines dépenses engagées pour le
compte de ce projet. Dépenses qui se rapportent aux paiements en
faveur des institutions de la RDC. Soit 628.788 dollars et 680.222.408
FC. Des individus seraient bénéficiaires de certains paiements,
notamment 52.850 dollars et 90.854.000 FC. Le partenaire Africom
Commodities ne reconnait pas le projet PARC à qui il a été versé les
sommes de 45.000 dollars et 754.000.330 FC. Il en est de même pour des
sociétés publiques à qui il a été transféré le montant de 126.300.324
FC. La liste n’est pas limitative. Il y a aussi la somme de
874.121.880 FC décaissée pour la libération du capital des sociétés
PARCAGRI, MARIKIN et SEPAGRI. Et des paiements de l’ordre de 7.225.450
dollars en faveur des entreprises DESTICLOX et TRIOMF considérés par
Africom Commodities LTD comme ne se rapportant pas au projet du Parc
agro-industriel de Bukanga Lonzo.
Le constat des auditeurs du cabinet Ernest and Young est ahurissant
et les conclusions de LICOCO bouleversantes. Ce projet a été conclu
dans le cadre d’un marché de gré à gré, et ne respecte les règles de
la loi de passation de marchés publics et toutes les opérations de
passation de marché, de gestion financière et comptable ont été
effectuées directement en Afrique du sud, au siège d’Africom
Commodities LTD.
Aussi les prix pratiqués par les fournisseurs d’Africom Commodities
Ltd sont excessivement supérieurs à ceux des concurrents sur le marché
international. Les dispositions de l’acte uniforme Ohada ne sont pas
respectées. Ces auditeurs ont dévoilé également des paiements
effectués directement à des tiers pour lesquels les évidences
probantes et appropriées ne sont pas établies, et des différences
entre les montants déclarés par Africom Commodities Ltd et ceux
déclarés par la Direction du Trésor et Ordonnancement du ministère des
Finances.
Devant de telles irrégularités flagrantes, la LICOCO a formulé une
série des recommandations aux autorités congolaises pour initier des
actions judiciaires contre les dirigeants du Parc agro-industriel et
des responsables politiques qui ont favorisé la mauvaise gestion du
projet Bukanga Lonzo. Au Parlement, de diligenter une enquête et
d’interpeller les gestionnaires de ce projet. Aux organisations de la
société civile, d’encourager les chefs de terres à se constituer
parties civiles pour spoliation de leurs terres.
J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •