Pasteur Kutino : 80.000 USD pour les soins au Centre Nganda !

0
237

kutinoLe leader du Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP), l’opposant Franck Diongo, a tiré, hier mercredi 30 juillet 2014, une nouvelle sonnette d’alarme au sujet de la santé dégradante du pasteur Kutino Fernando, qui purge depuis 8 ans une peine de 10 ans à la Prison centrale de Makala. Au cours d’un entretien avec les journalistes au café Mozart à Gombe, ce député national atteste que depuis que l’archibishop de l’Armée de Victoire est interné au Centre hospitalier Nganda à la suite d’accident cardio-vasculaire, c’est le prisonnier lui-même qui paie de sa propre poche ses soins de santé. A ce jour, tous les frais à payer s’élèvent, d’après les documents qu’il a remis aux journalistes, à près de 80.000 USD. 

            A titre exemplatif, quelques factures émises par le Centre hospitalier Nganda, notamment celle du 28 juillet 2014, révèlent que pour 4 séances de kiné, des actes de nursing, la surveillance médicale et l’hospitalisation dans la chambre 29 privée, le total à payer est de 2.439 USD. Cependant, en date du 5 juillet 2014, la facture synthèse n°02/HOSP/06/2014 souligne que le patient devrait payer un total de 34.193,44 USD pour le traitement allant de la consultation générale, jusqu’à la surveillance médicale, en passant par la réanimation et la consultation neurologique. D’autres pièces dévoilent que le pasteur Kutino devra payer les sommes telles que 1.503 USD( le 21 juillet 2014), 2.241 USD ( 2 juillet 2014), 1.980 USD(10 juin 2014), 1.946, 70 USD(29 avril 2014), etc.

            Face à ces chiffres qui donnent froid au dos, Franck Diongo a porté une grave accusation au régime : « On planifie la mort physique du pasteur Kutino ». Et pour preuves, il explique que le prisonnier n’a bénéficié ni de la compression de peine alors qu’il a purgé 8 ans sur les 10 années de sa condamnation, ni de l’amnistie, ni de la grâce présidentielle !

            Selon les règles du droit, souligne le leader du MLP, c’est l’Etat qui prend en charge ses prisonniers sur tous les plans (sanitaire, restauration, hospitalisation, sécuritaire, etc.), mais le pasteur Fernando Kutino supporte seul son hospitalisation, alors que c’est l’Etat qui lui a imposé l’onéreux Centre Nganda comme lieu de traitement. « Son hospitalisation, les machines et les actes médicaux de kinésithérapie sans compter qu’il est obligé de prendre en charge les policiers commis à sa garde…», a indiqué le député, qui souligne, par ailleurs, que déjà amoindri physiquement, Kutino est atteint moralement puisque dans la quasi incapacité de continuer à faire face à ces lourdes dépenses. D’où sa crainte que cela ne précipite une dégradation.

            Aujourd’hui qu’il n’arrive plus à payer, il sera privé des soins et on le laissera mourir, annonce-t-il. Avant de proposer une alternative, celle du transfèrement de Kutino dans un hôpital public, à la Clinique Ngaliema, par exemple, à charge du gouvernement. Ou carrément l’évacuer à l’étranger pour des soins appropriés comme le malade l’avait sollicité lui-même. « Refuser de le faire équivaudrait à une sorte d’acharnement du régime contre lui, une rancune personnelle profonde. Si ce n’était pas le cas, il aurait déjà été relaxé selon les principes de compression de peine selon lesquels un condamné qui a purgé la moitié de sa peine peut être mis en liberté pour bonne conduite pendant sa détention », a-t-il conclu.

            TshiekeBukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*