Passeports : F. Tshisekedi invité à «zapper» le contrat avec Semlex

0
157

Le 11 juin prochain, le contrat de 5 ans qui liait la République Démocratique du Congo avec un consortium des sociétés commerciales représentées par le groupe belge SEMLEX, pour l’impression des passeports biométriques, arrivera à son terme.

            Mais, déjà, des voix s’élèvent pour appeler le Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi à ne plus renouveler ledit contrat léonin dont le caractère a été clairement démontré.

            Rappelons qu’au lendemain de sa signature, le contrat conclu avec SEMLEX avait fait l’objet des critiques acerbes de la part des organisations de défense des droits de l’homme, en particulier celles qui militent pour la transparence dans la signature des contrats commerciaux et la passation des marchés publics.

            On reprochait à ce contrat, que la majorité des spécialistes qualifient de léonin, son caractère obligataire totalement en défaveur de la République Démocratique du Congo. Alors que le requérant congolais débourse actuellement au moins 200 USD pour obtenir le passeport biométrique, curieusement ce qui entre au Trésor public représente presque 1/3 de la somme payée. Où va le reste d’argent ou quelle direction prend-t-il ? La question est sur toutes les lèvres.

            On rappelle, à ce sujet, que le ministre des Affaires étrangères du dernier gouvernement de Joseph Kabila fut interpellé à l’Assemblée nationale en vue de faire la lumière sur la situation. Malheureusement, l’initiative fut étouffée dans l’œuf à l’époque par des pratiques en vogue au sein de la majorité présidentielle. Il s’agissait de la  manie de ficeler des motions montées dans des laboratoires politiques dans le but de sauver les gestionnaires de la famille politique régnante.

            Cependant, l’affaire est restée pendante et l’opinion toujours sur sa  soif de connaître la vérité dans ce contrat où l’État congolais n’encaisse que des miettes.

            Voilà pourquoi les organisations de la société civile reviennent à la charge pour interpeller le nouveau Président de la République.

            Une mettre ouverte lui est adressée dans ce cadre par Me Ahmed Useni pour qu’il ne déçoive pas le peuple congolais en reconduisant un tel contrat. Il rappelle, au passage dans cette lettre, au Premier citoyen qu’il avait lui-même critiqué  ledit contrat lors de sa campagne électorale en promettant d’y mettre fin s’il était élu Président de la République Démocratique du Congo. Chose faite aujourd’hui. Félix Antoine Tshisekedi attendait-il que le fameux contrat arrive à terme pour ne pas exposer son pays à des poursuites judiciaires au plan international ?

            Difficile de répondre à l’interrogation. Toutefois, la mort naturelle dudit contrat lui offre une occasion en or pour recadrer les choses, et revoir à la baisse le coût de ce document que chaque Congolais est censé détenir.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •