Parlement : clôture hier de la session de mars 2020

0
84

Comme il fallait s’y attendre, quelques heures seulement après la levée de l’état d’urgence sanitaire par le Chef de l’Etat, le Parlement a aussi procédé à la clôture de la session ordinaire de mars 2020. Celle-ci, faut-il le rappeler, est allée au-delà d’un mois de la date de clôture consacrée dans la Constitution, soit le 15 juin. Cette prorogation trouve son explication dans le fait que le pays était dans l’état d’urgence, lequel recommandait que le Parlement reste en activité.

            Dans les deux chambres du Parlement, l’Assemblée nationale et le Sénat, la clôture solennelle de la session de mars 2020 est intervenue hier mercredi 22 juillet.

            Dans son discours de circonstance, le président du Sénat Alexis Thambwe Mwamba a tenu à expliquer les raisons de la prolongation de la session de mars qui est allée au-delà de la date réglementaire de clôture. Ce, avant d’inviter ses collègues à observer des instants de silence à la mémoire des victimes de la pandémie de Covid-19 et de tous les autres décès survenus aussi bien au Parlement ainsi qu’à travers le territoire national dans des circonstances diverses.

            « Cette session s’est déroulée dans un contexte très particulier. En effet, la pandémie de la Covid-19 s’étant invitée dans notre pays le 10 mars 2020, le Président de la République, Chef de l’Etat, avait le 24 mars 2020 pris l’Ordonnance n°20/014 portant proclamation de l’état d’urgence sanitaire assortie des mesures nécessaires pour faire face à la situation.

            Au nombre de ces mesures, figuraient celles interdisant tout rassemblement ou toute réunion de plus de vingt personnes. Le Secrétariat technique de la riposte contre la Covid-19 a recommandé au Sénat la réduction de son effectif à 60 membres maximum pour pouvoir siéger  en séance plénière. Les autres Sénateurs étant obligés de se faire représenter par leurs collègues porteurs de procurations », a souligné le président du Sénat.

            En dépit des conditions restreintes dues à l’état d’urgence, A. Thambwe s’est félicité du travail abattu par sa chambre.

            Au plan de la production législative, plusieurs propositions et projets de lois ont été votés. C’est le cas de 4 projets de lois portant autorisation de prorogation de l’état d’urgence ainsi que de nombreux projets de lois portant ratification des accords conclus entre la République Démocratique du Congo avec des tiers.

            Au plan du contrôle parlementaire, il a relevé plusieurs questions écrites tout comme celles orales avec débats adressées aux différents membres du gouvernement en vue d’éclairer la lanterne de l’opinion par le truchement du Sénat sur la gestion de la chose publique.

            Dans ce chapitre, Alexis Thambwe a également mentionné l’initiative de sa collègue Bijou Goya Kitenge visant à faire la lumière sur le coût des travaux de rénovation et de modernisation de l’hémicycle du Sénat et de ses dépendances.

Mabunda en appelle à préserver l’unité nationale   

            De son côté, la présidente de l’Assemblée nationale a mis un accent particulier sur l’unité nationale dans son discours de clôture officielle de la session de mars 2020. Elle a invité les Congolaises et Congolais à s’abstenir des discours de haine ethnique et tribales  qui mettent à mal l’unité du pays, et aussi à ne pas utiliser la justice comme instrument pour régler des comptes aux adversaires politiques, avant d’inviter tout le monde à parler Congo en lieu et place du terroir pour ne pas donner l’occasion à l’ennemi de saper l’unité nationale et l’intégrité territoriale.

Dom 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •