Où est passée la loi organique de la Ceni ?

0
55

Depuis  la  divulgation  de  la  démarche  collective  des  Nations  Unies,  de  l’Union  européenne  et de  l’Administration américaine  auprès  du  sommet  de  l’Exécutif  congolais,  lui  demandant   d’envisager  l’organisation  des  élections  de 2011 dans  les  délais,  et  d’en  préciser  les  modalités  opérationnelles  et  le  coût  global  estimatif,  démarche  dont  la  procédure  jugée  peu  élégante  n’a  guère  enchanté  Kinshasa,  les  sphères  officielles  qui  en  ont  quand  même  pris  acte,  affirment  et  réaffirment  leur  détermination à  tenir  ces  scrutins  à  tout  prix  sans  reporter  leur  échéance.  Les  deux  parties  étant en  principe  d’accord  sur  le  fond,  il  n’y  a  pas  eu  de  polémique.  Mais  la  Communauté  internationale  est  en  train  d’observer  les  faits  et  gestes  du  gouvernement  congolais  qui  se  trouve  ainsi  dans  l’obligation  de  tenir  sa  parole.  N’empêche  qu’il  y  a  des  hypothèques  qui  pèsent  sur  l’organisation  des  scrutins  et  risquent  de  contrarier  le  respect  de  l’échéance  légale.  La  première  hypothèque  fondamentale  est  l’absence  du  soubassement  du  système  électoral  qui  n’est  pas  prêt  jusqu’ici,  alors  qu’il  ne  reste  plus  que  quelque  20  mois  pour  l’expiration  de  l’échéance  légale.    Ce  soubassement  est  la  loi  organique  consacrant  l’organisation  et  le  fonctionnement  de  ce  système.  Il  s’agit  de  la  Commission  électorale  nationale  indépendante (CENI).

Adopté  par  l’Assemblée  nationale  au  cours  de  la  session  de septembre  2009,  le projet  de  cette  loi  a  été  envoyé  au  Sénat  qui  y  a  apporté  quelques  retouches,  notamment  l’augmentation du  nombre  des  membres  de  la  CENI,  qui  passe  de  7  à  9.  A  la  Chambre  basse  on  l’avait  fixé  à 7  membres, dont  4  de  la  majorité   et  3  de  l’opposition institutionnelle.  La  société  civile  et  l’opposition extra-parlementaire  en  étaient  exclues.  La  Chambre  haute  a  ajouté  2  membres  pour  la  société  civile  seulement,  ce  qui porte  le  nombre  total  à  9  membres.  La  commission  mixte  de  deux  chambres  devrait  ensuite  se  réunir  pour  s’accorder  sur  les  amendements  faits  par  le  Sénat,  et  arrêter  une  formulation  commune  définitive.  Jusqu’à  la  clôture  de  la  session  de  septembre  2009,  la   commission  mixte  ne  s’était  pas  concertée  sur  cette  matière.  Vu  l’importance  et  l’urgence,  c’est  la  matière qui  devrait  être  prioritaire,  toutes  affaires  cessantes,  au  cours  de  la  session  de  mars  2010.  Or,  plus  d’un mois  après  l’ouverture  de  cette  session le  15  mars  dernier,  l’opinion  ignore  encore  le  sort  du  projet  de  loi  organique  de  la  CE NI.

Ce projet  de  loi  devient  comme  une  matière  accessoire quand  on  voit  que  les  deux  Chambres,  depuis  leur  rentrée  des  vacances,  s’occupent  d’autres  matières  dont  elles  apprécient  elles-mêmes  la  nécessité  et  l’utilité  par  le  temps  qui  court.  On  ne  sait  pas  le  temps  que  prendront  l’harmonisation  des  vues  dans  la  commission  mixte,  la  formulation commune  convenue,  et  la  promulgation du  texte  définitif de  la  loi  par  le  Chef  de  l’Etat.  Ce  ne  sera  alors  qu’une  entrée  en matière,  loin  de  sortir  de  l’auberge.  Ensuite,  les  composantes  intéressées  devront  désigner  leurs  membres  pour  la  composition  du Bureau de  la  CENI.  A  part  la  majorité  soumise  à  la  discipline  du  leadership,  ce  ne  sera  pas  une  mince  affaire  pour  l’opposition  institutionnelle  et  la  société  difficile  où  le  principe  des  concessions  fait  place  aux  déchirements  pour  l’assouvissement  des  ambitions  personnelles.  Après  la  désignation  et  l’installation  de  ses  membres,  la  CENI   devra  se  mettre  au  travail  pour  s’acquitter  d’un  cahier  des  charges  complexe,  avec  une  série  d’attributions  variées  qui  lui  sont  assignées.  Il  y’a  d’abord  des  opérations  préélectorales  préalables  à  l’organisation  des  scrutins.  L’élaboration  de  la  loi  électorale  et  sa  vulgarisation ;  le  recensement  de  la  population ;  l’identification  des  électeurs ;  l’établissement  des  listes  électorales ;  la  passation  des  marchés  publics,  etc…

Des  hypothèques difficiles  à  lever
Il  s’écoulera  certainement  beaucoup  de  temps entre  l’harmonisation   du  texte  au sein de  la  commission mixte  et  sa  promulgation  par  le  Chef  de l’Etat ;  entre  la  désignation des  membres  de la  CENI  et  l’entrée  effective  en  fonction  de  cette  structure  jusqu’à  l’accomplissement  des  tâches   préliminaires  qui  lui  sont  assignées.  Rien  que  pour  les  modalités  de  la  mise  au point  de  la  loi  organique  de  la  Commission  électorale  nationale  indépendante (CENI),  le  chemin  à  parcourir  s’avère  encore  long.  Des  engagements  fermes  pris  pour  l’organisation  des  élections  dans  les  délais  risquent  de  ne  pas  être  tenus.  Toutes  ces  hypothèques  qui  viennent  d’être  évoquées  sont  tout  à  fait  prévisibles  et  incontestables  d’ores  et  déjà.  Il  y  a  loin  des  discours  politiques  aux  réalités  du  terrain.    Les  sphères  officielles    en  sont  bien  conscientes  mais  elles  ne  peuvent  pas,  pour  des  motifs  évidents,  dire  dès  maintenant  à  l’opinion  trop  tôt  qu’elles  vont  se  trouver  en  difficulté  pour  respecter  le  délai  butoir de  l’échéance.  Il  faut  laisser  courir  le  temps  jusqu’au  stade  où  les  circonstances  contraindront  tout  le  monde  à  se rendre  à  l’évidence.

Outre  la  loi  organique  de  la  CENI  et  la  complexité  des  attributions  assignées  à  cette  structure,  il  y  a  d’autres  facteurs  d’ordre  politique  et  sécuritaire  qui  s’ajoutent  encore  aux  hypothèques  qui  pèsent  sur  l’organisation  des  élections  dans  les  délais.  A  cause  de  la  persistance  et  du  rebondissement  des  groupes  rebelles  armés,  il  y  a  des  fiefs  électoraux  du  processus  de  2006  qui  échappent  aujourd’hui  plus  ou  moins  au  contrôle  et  à  l’autorité  de  l’Etat congolais.  Ils  y  sèment la  terreur  et  l’insécurité constamment.  Il  y  a  des  villages  entiers  désertés  par leurs  autochtones.  Des  Mbororo  et  la  LRA  dans  la  Province  orientale,  les  FDLR  et  des  éléments  résiduels  de  la  nébuleuse  Mai-Mai  dans  le  Kivu  Nord  et Sud, les  Enyele se  signalent  par-ci  par-là  dans  l’Equateur.  Une  partie  du  Territoire  de  Kahemba  dans  la  province  du  Bandundu  se  retrouve  soumise  à  une  souveraineté  étrange  dans  laquelle  la  population  ne  se  reconnaît  pas.  Quand  et  de  quelle  manière  toutes  ces  parties  du  territoire  national  seront-elles  récupérées  et  sécurisées ?  La  CENI  sera-t-elle  en  mesure  de  s’y  déployer facilement  pour  procéder  aux  opérations  préélectorales  et  électorales ?

Est-il  pratiquement  possible  de  lever  toutes  ces  hypothèques  majeures  pendant  les  8  mois  qui  restent  de  cette   année,  afin de  pouvoir  faire  face aux  grands  enjeux  électoraux  de  2011 ?  A  moins  d’un  miracle,  il  y  a  gros  à  parier  qu’on  ne  vas  pas  s’en  sortir.  On  s’est  laissé  enivrer  par  les  délices  du  pouvoir  sans  penser  qu’on  était  bénéficiaire  d’un mandat  électif  à  terme.  Mais  voilà  qu’on  est  surpris  par  l’approche  du  jugement  dernier  de  la  reddition  des  comptes,  sans  qu’on  soit  prêt  avec  sa  comptabilité.  Le  peuple  mandant  et  souverain  attend  ses  mandataires  au  tournant,  tandis  que  la  Communauté  internationale  se  fait  pointilleuse  sur le  respect  de  l’échéance.  On  n’en  serait pas  arrivé  là  si  l’on  s’était  doté  d’un  plan  politique  d’ensemble  cohérent  avec  des  prévisions  clairement  définies  pour  la  période  de  5  ans  dont  le  couronnement serait  l’organisation  inéluctable  des  scrutins.  On  en  est  réduit  maintenant  à  parer  tant  bien  que  mal  au plus pressé,  sans  grand  espoir  et  sans  conviction.

Jean  N’Saka  wa  N’Saka 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*