Olenghankoy au banc des accusés :CNSA, 3.087.630 USD de salaires et primes pour 18 membres non actif

0
112

Un rapport de contrôle citoyen de la gestion des fonds alloués au Conseil National de suivi de l’Accord et du Processus Electoral (CNSA) publié par l’Observatoire de la Dépense Publique èle que le trésor public débourse chaque année 3.087.630 USD au titre de salaires et de primes pour 18 membres non actifs de cette institution dite d’appui à la démocratie. Ce rapport prend en compte la période allant d’avril 2017 à avril 2020.

         Pour l’ODEP, il y a une gestion calamiteuse des fonds publics au sein de la structure dirigée par Joseph Olenghankoy, réputée plus que jamais budgétivore. Car, depuis une année, le précité et ses pairs ont cessé de travailler, se contentant d’empocher salaires et primes  contre zéro prestation.

          « …Le CNSA est au cœur d’une malversation financière dont il est important aujourd’hui de retracer la destination de 3.087.630 USD sortis du trésor public pour les primes et salaires de 18 membres, non actifs depuis plusieurs moi. 

         Au niveau du bureau, sur les 6 membres statutaires, il n’en reste que trois : le président, la questeure et le rapporteur (un membre de la société civile). Et la plénière, organe de décision, n’est restée qu’avec 9 membres, qui ne peuvent pas siéger faute de quorum », indique le communiqué de l’Odep.

         Conformément aux différentes lois de finances, le CNSA reçoit du trésor public environ 250 millions de CDF (149.000 USD) par mois, pour son fonctionnement, soit 1,797 millions USD l’année. Depuis janvier 2020, les frais de fonctionnement n’ont pas été libérés. L’on s’interroge sur la raison d’être de cette institution à l’heure où toutes les institutions et leurs animateurs sont en place et où le pays fait face à la question des moyens financiers pour lutter contre le coronavirus.

Résolutions et

recommandations

         Pour mettre fin à cette gabegie financière, l’ODEP  recommande ce qui suit :

•        Au Président de la République, garant du bon fonctionnement des institutions, de dissoudre le Conseil National de suivi de l’Accord et du Processus électoral (CNSA), car celui de 2016-2019 a déjà pris fin avec le dépôt par le CENI de son rapport global ;

• Au Parlement de convoquer en urgence le président du CNSA afin que celui-ci rende compte au peuple congolais de la gestion de l’institution ;

• Aux cours et tribunaux de se saisir d’office du dossier CNSA en vue de procéder à des enquêtes judiciaires approfondies pour vérifier les ordres de paiement électroniques, des listes de paiement des salaires et déterminer la destination de 3.087.630 USD sortis du trésor public pour les primes et salaire des 18 membres, qui ne prestent pas depuis 30 mois ; etc.

Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •