Observation électorale : la Monusco appelle la CENI à ne pas ignorer les rapports

0
40

 

L’essentiel du débat de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies d’hier mercredi 14 décembre 2011, a tourné autour de la publication des résultats de l’élection présidentielle du 28 novembre 2011.  Répondant à une question relative au communiqué de la Monusco appelant la CENI à prendre en considération les préoccupations exprimées par les missions d’observation  électorale, le porte-parole de la Monusco, Madnodje Mounoubai, a souligné le fait que « beaucoup de voix se sont élevées pour décrier la manière dont le processus a été conduit par la CENI. Le communiqué de la Monusco invite la CENI à prêter une oreille attentive aux rapports des missions d’observation électorale et à ne pas les ignorer». La Monusco espère que des irrégularités dénoncées ici et là seront prises en compte pour le décompte des voix des législatives. 
 
Rappelons que dans ce communiqué, la Monusco « prenait acte des déclarations publiées le 10 décembre 2011 respectivement par la Mission d’observation électorale du Centre international Carter en RDC et d’autres missions d’observation sur les résultats provisoires de l’élection présidentielle tels que proclamés le 9 décembre dernier par la CENI. Elle notait avec une vive préoccupation les conclusions de ces Missions d’observation relatives aux irrégularités relevées dans la gestion du processus des résultats, en particulier le décompte et la compilation».
 
Par ailleurs, le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme (BCNUDH) condamne, a dit le porte-parole de la mission onusienne en RDC, les actes de violence et les violations des droits de l’homme commis à Kinshasa, ainsi que dans d’autres villes du pays, suite à l’annonce des résultats provisoires de l’élection présidentielle. Selon la même source, le BCNUDH assure le suivi de ces cas et appelle les acteurs politiques de s’abstenir de tout acte d’incitation à la violence. Il exhorte les forces de sécurité à se conformer aux principes internationaux des droits de l’homme lors de la gestion des manifestations publiques, notamment le respect des droits à la vie, à l’intégrité physique et à la liberté de réunion pacifique et d’expression de tous les citoyens.
Dans le même ordre d’idées, le BCNUDH déplore les violations de la liberté d’expression et les atteintes aux médias, dont notamment la suspension de certains médias à Kinshasa, Maniema, Mbuji-Mayi et Sud-Kivu. 
 
Jean- René Bompolonga
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*