Nzanga dit non à Vodacom

0
40

Arrivé le 19 février 2010 au ministère du Travail, Emploi et Prévoyance Sociale, le Vice-Premier ministre François-Joseph Nzanga Mobutu a rencontré, comme premier dossier brûlant, celui ayant trait à la requête de la haute direction de Vodacom Congo sollicitant son feu vert pour le dégraissage d’environ 11% de son personnel. Cette firme de téléphonie cellulaire s’appuyait sur une trésorerie en situation difficile du fait de plusieurs facteurs : la crise financière internationale, l’effritement du chiffre d’affaires, une fiscalité et une parafiscalité asphyxiantes, etc.

Après avoir sans doute examiné le dossier sous toutes ses facettes, ce membre du gouvernement vient d’opposer son veto à toute démarche allant dans le sens de la mise en chômage d’une partie des cadres et agents de Vodacom Congo. Joseph-Nzanga Mobutu a rappelé au staff de cette société de téléphonie cellulaire que l’emploi fait partie des chantiers de la République. Par conséquent, supprimer des dizaines d’emplois pour des pères et mères des familles congolaises serait contraire à la volonté du Chef de l’Etat, initiateur des 5 chantiers de la République.

Le Vice-Premier ministre du Travail, Emploi et Prévoyance Sociale a réitéré son engagement à se battre pour la protection des emplois existants et la création d’autres, de manière à chasser progressivement le chômage de l’environnement national.

Il est à espérer que le message de Nzanga a été capté 5 sur 5 et qu’il ne va pas souffrir de la sourde oreille de la part de la haute direction de Vodacom Congo. En tout cas, le personnel congolais, placé sous une pression insupportable depuis deux mois, est soulagé. Pour une fois, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance Sociale n’a pas souscrit aveuglement à l’initiative d’un employeur de dégraisser, comme cela était souvent le cas dans le passé. 

                                   Kimp.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*