Nouveau président de l’UDPS et candidat à la présidentielle : les défis de Félix Tshisekedi

1
208
Felix Tshisekedi, cadre de l’UDPS et membre du Rassemblement lors de travaux du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 13/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Felix Tshisekedi, cadre de l’UDPS et membre du Rassemblement lors de travaux du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 13/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le samedi 31 mars 2018 fera date dans l’histoire de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS). C’est ce jour là, en effet, que Félix Tshisekedi a été élu président de ce parti phare de l’opposition aux premières heures du matin, soit 2 heures 54’, dans le
cadre d’un Congrès extraordinaire essentiellement consacré à la succession du Lider maximo, Etienne Tshisekedi.

Sorti vainqueur face à trois candidats, dont deux ont désisté en sa faveur, Félix Tshisekedi succède ainsi  à son défunt père, Etienne Tshisekedi, décédé en février 2017 dans la capitale belge. Elu par une majorité écrasante, soit 98 % de voix, au terme d’un vote
à main levée, il a été automatiquement plébiscité par les mêmes congressistes ticket gagnant du parti à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018.

Des combattants de l’UDPS venus des quatre coins de la capitale étaient en liesse, célébrant avec tambours et trompettes la victoire de celui qu’ils comptent soutenir sans réserve pour la magistrature suprême lors des élections du mois de décembre de l’année en cours.

Les défis de Félix Tshisekedi

Dans son discours d’investiture, le fils de l’opposant historique a
décliné ses 5 objectifs, notamment :
-Gagner haut la main la présidentielle de décembre 2018;
-Avoir le plus grand nombre de sénateurs ;
– Conquérir la majorité des entités territoriales décentralisées ;
– Refaire l’unité du parti ;
-Réorganiser le parti.
Toutefois, le nouveau président de l’UDPS  s’est dit totalement ouvert
aux alliances avec d’autres forces politiques et sociales acquises au
changement, afin de maximiser les chances de gagner la bataille de
l’alternance au sommet de l’Etat en décembre 2018.
Félix Tshisekedi a demandé aux cadres fédéraux et sectionnaires de se
mettre au travail sans attendre les nouvelles mises en place.
Bien avant l’élection de Félix Tshisekedi, le Secrétaire général de
l’UDPS et président intérimaire, Jean Marc Kabund, a procédé le
vendredi 30 mars a procédé à l’ouverture du tout premier Congrès
extraordinaire organisé après la mort de son leader, Etienne
Tshisekedi.
Dans son allocution, il a, après avoir dressé le bilan de son bref
mandat à la tête de ce parti historique, mis en garde cadres et
combattants contre toute tentative de transformation de l’UDPS en bien
familial et invité tous les membres du parti à oeuvrer à l’unisson,
car ce parti est un patrimoine commun.
Il a exhorté son futur président, avant la vote, à préserver ce
patrimoine commun pour lequel beaucoup de Congolais ont payé de leur
vie, dans la quête de l’avènement d’un Etat de droit et d’un
changement de gouvernance à son sommet.
Invités spéciaux au Congrès extraordinaire de l’UDPS, Vital Kamerhe
de l’UNC, Christophe Lutundula du G7, Jean Bertrand Ewanga de l’AR,
Eve Bazaiba du MLC et aitres avaient exprimé leur soutien total à
Félix Tshisekedi.
Il faut dire que l’élection de ce dernier à la tête de l’UDPS a été
saluée par l’ensemble de la classe politique, toutes tendances
confondues.
Dans son compte tweeter, Moise Katumbi estime que la victoire de
Félix Tshisekedi qu’il appelle affectueusement « Fatshi » va favoriser
davantage l’unité de l’opposition en vue de mettre un terme à la
dictature en République Démocratique du Congo.
Pour Delly Sesanga, le plébiscite de Félix Tshisekedi est la preuve
que l’opposition est prête pour les élections.
Patrick Kanga du PPRD a, tout en saluant l’élection de Félix
Tshisekedi à la tête de l’UDPS, affirmé que l’UDPS et le PPRD, deux
partis de gauche, devraient en principe se trouver dans une même
coalition politique.
Eric Wemba

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.