Normes du travail selon l’OIT :la ministre Claudine Ndusi concrétise la vision du Chef de l’Etat

0
37

Le travail décent  fait partie des défis du président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

         Pour relever ce défi, son choix d’avoir un visionnaire à la tête du ministère ayant en charge les questions de l’emploi s’avère payant et augure des lendemains meilleurs pour les travailleurs. De la parole à l’acte, la ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, Claudine Ndusi M’Kembe a procédé à la formalisation d’un programme-pays avec l’Organisation Internationale du Travail (OIT), une première.

        Au travers  cet acte d’engagement à mettre en application les priorités définies dans ce programme pays de promotion du Travail décent, PPTD, lors de la signature du contrat en début de la semaine, au Blason Fleuve Congo Hôtel, la RDC se montre déterminée à migrer vers un changement total.

        Cet acte montre à quel point la patronne dudit secteur tient à l’amélioration des conditions du travail des fils et filles de la RDC d’une part, mais aussi de contribuer à une rentabilité financière des travailleurs d’autre part.

        C’est depuis 1919, que  l’Organisation Internationale du Travail a mis en place et développé un système de normes internationales du travail visant à accroître pour les hommes et les femmes les chances d’obtenir un travail décent et productif, dans des conditions de liberté, d’équité, de sécurité et de dignité. Dans l’économie mondialisée d’aujourd’hui, les normes internationales du travail sont une composante essentielle du cadre international visant à s’assurer que la croissance de l’économie mondiale profite à tous.

Que veut Claudine

Ndusi ?

        La ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale est déterminée à mettre en œuvre la vision du Chef de l’État telle que déclinée dans le programme du Gouvernement. Une vision qui se résume en ce slogan, ‘’le Peuple d’Abord’’, mais aussi l’idéal du n°1 de la RDC défini dans la trilogie «la croissance, l’homme et la solidarité nationale».

         Claudine Ndusi veut répartir sur des nouvelles bases en exhortant les parties prenantes au PPTD à conjuguer plus d’efforts pour sa mise en application dans les délais. D’où, Claudine Ndusi s’est transformée en syndicaliste afin de pouvoir militer pour des meilleures conditions de travail dans tous les domaines.

           « Il s’agit d’un grand pas pour le pays de Lumumba, longtemps réputé non conforme en matière de travail décent… Il s’agit pour mon ministère et pour l’ensemble des acteurs et partenaires d’un outil qui va impulser la promotion du travail décent en RDC, principalement, dans la réduction de la pauvreté et la concrétisation des Objectifs de Développement Durable (ODD)…»

        Il faut dire ici, que tirant les leçons sur le concept «Travail décent en RDC» où plusieurs organisations du secteur ont toujours eu des mots justes pour qualifier tantôt le travail d’esclavagisme moderne, tantôt de rejet de la dignité humaine, l’OIT a eu plus d’unefois à lancer des appels au travail véritablement décent. Et les fruits de ces alertes sont à trouver dans le PPTD.

        En effet, cette initiative, cadre du reste avec le programme du gouvernement congolais pour la période 2021- 2023, a  indiqué la ministre.

            Elle a, en outre, renchéri que «depuis l’élection de l’actuel Président de la République, l’amélioration de certaines tendances socioéconomiques est perceptible même si beaucoup reste à faire», nuance celle qui a pris à cœur la problématique des conditions des travailleurs en RDC. Les avantages que présentent les priorités définies dans le PPTD qui sont en cohérence avec le Plan Stratégique National (2019-2023), notamment la croissance économique et la promotion des emplois décents, principalement pour les jeunes et l’amélioration de la productivité.

         À peine sortie de l’isolement diplomatique grâce à la diplomatie agissante du Président de la République, la RDC revient donc dans le concert des nations. Dans le domaine du travail, la conclusion de ce programme avec l’OIT, en est une illustration parfaite.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •