Ne Muanda Nsemi à Makala

0
476
Arrêté le vendredi 03 mars 2017 par les forces de police dans sa résidence de Ma Campagne, dans la commune de Ngaliema, le député national Zacharie Badiengila, alias Ne Muanda Nsemi, président du mouvement politico-religieux Bundu dia Mayala (ex-Bundu dia Kongo), a été transféré le samedi 04 mars à la Prison Centrale de Makala. Selon des sources policières, l’assaut donné à sa forteresse, où il s’était retranché avec plus de trois cents personnes, s’est déroulé de manière professionnelle, avec 4 morts (un policier et trois makesa) et des blessés parmi les policiers ets es miliciens.
Il y a lieu de signaler que la police l’avait placé en résidence surveillée pendant trois semaines, après avoir fait couper l’eau et l’électricité dans sa résidence ainsi que dans un large périmètre autour de celle-ci.
A en croire les mêmes sources, parmi les 307 personnes qui se sont rendues se trouvaient 61femmes et 11 enfants. Selon le Parquet général de la République, qui avait émis un mandat d’arrêt contre l’intéressé il y a plus d’un mois, ce dernier est poursuivi pour outrage au Chef de l’Etat, incitation à la haine tribale, mort d’hommes au Kongo Central (Songololo et Kimpese), organisation terroriste, détention illégale d’armes, etc. On souvient qu’au lendemain de l’émission du mandat d’arrêt contre ce député national, le ministre de la Communication et Médias avait indiqué qu’il allait être poursuivi et jugé en procédure de flagrance.
            On croit savoir qu’avec son transfert à Makala, son sort va être rapidement scellé. Une lourde condamnation attend certainement le gourou de l’ex-Bundu dia Kongo, dont le discours politique tournait, ces dernières semaines, autour de l’indépendance du Kongo Central, dans ses frontières héritées du Royaume Kongo, lequel avait des ramifications en Angola, au Congo/Brazzaville et au Gabon, mais aussi du départ du président Kabila du pouvoir visé par un ultimatum de sept jours, la chasse aux adeptes du vice-ministre aux Infrastructures, Papy Mantezolo, ancien vice-président de son parti, accusé d’insubordination, de négation du pouvoir en place sur fond de résistance aux forces de l’ordre, etc.
BILAN DE L’OPÉRATION SPÉCIALE DE LA POLICE À LA RÉSIDENCE DE ZACHARIE BADIENGILA
DIT NE MWANDA NSEMI
            Le lundi 13 Février 2017, vers 15 heures, les éléments de la Police de l’Escadron FUNA/Bandalungwa, ont été alertés par la population des menaces de mort à son endroit, proférées par un groupe de miliciens de Bundu dia Mayala, habitants la résidence appartenant à I’honorable Zacharie BADIENGlLA dit Ne Mwanda Nsemi, sise au N°22, avenue Bosenge, dans la commune de Ngiri-Ngiri.
Descendus sur le lieu pour s’enquérir de la situation, les éléments de cet escadron ont essuyé des tris d’armes de guerre d’hommes arborant les bérets rouges. Après les avoir mis hors d’état de nuire, au soir de ce même lundi, les autres forces négatives fidèles à l’honorable Ne Mwanda Nsemi, ont attaqué tes passants et les biens de la population, troublant l’ordre, ont cerné les lieux pour rétablir l’ordre public.
Ainsi sur réquisition du Procureur Général de la République, les forces de l’ordre dès 11 heures dans la Journée de vendredi 3 mars 2017, ont lancé l’assaut après le refus du député Zacharie BADIENGlLA dit Ne Muanda Nsemi, Chef Spirituel du Mouvement politico-religieux Bundu dia Mayala et de ses fidèles d’obtempérer à la sommation du Bourgmestre de la Commune de Ngaliema de se rendre conformément à la Réquisition du Procureur Général de la République.
Lors de la manoeuvre de pénétration, les forces de l’ordre ont été accueillies par des tirs nourris de la part des Miliciens de Bundu Dia Mayala, l’Agent de Police Principal BISALU MANZAMBI du Groupe Mobile Centre basé à Badara sera tué et 3 de leurs.
La Police Nationale, professionnelle et respectueuse des droits de l’homme, a tenu à tout prix à récupérer vivant l’honorable Ne Mwanda Nsemi pour qu’il soit jugé des actes dont il est responsable.
Poursuivi de chefs d’offense envers le Chef de l’Etat, l’incitation  à la haine tribale, de provocation à la désobéissance civile, d’organisation de  groupes terroristes, de détention illégale d’armes et munitions de guerre, de meurtre et d’incendie criminel, de destruction méchante, d’incitation à la révolte ainsi que de destruction méchante, l’honorable Zacharie BADIENGILA dit Ne Mwanda Nsemi n’a pas hésité dans le dessin de se soustraire à la Justice, de se constituer un bouclier humain composé de 11 enfants, 61 femmes et 235 hommes , pris en otage dans son labyrinthe, une véritable forteresse comprenant plusieurs caves .
Forte a été la surprise de la Police lors de la reddition de ce dernier de constater la présence des mercenaires étrangers à sa solde sur les lieux. Certainement dans l’objectif funeste de renverser les institutions établies.
L’honorable Zacharie BADIENGlLA dit Ne Mwanda Nsemi, ses trois épouses et son fils ont été ensuite présentés devant l’Officier du Ministère Public pour répondre de leurs forfaits.
 
Le Bilan des opérations  se présente comme suit :
1.         Un Policier tué, il s’agit de l’Agent Principal de Police BlSALU MANZAMBI du Groupe Mobile Centre basé à Badara et 3 miliciens de Bundu dia Mayala.
2.         3 armes et plusieurs. munitions de guerre saisies dont 2 AKA numéro 57954 et 0448 (numéro de la pièce mobile) ainsi qu’un pistolet 1177.
3.         Plusieurs blessés civils et policiers.
4.         307 personnes se sont rendues à la Police dont 235 hommes, 61 femmes et 11 enfants.
5.         Ont été élargies, 170 personnes ayant une adresse fixe à Kinshasa, autorisées à regagner leurs domiciles.
6.         137 personnes parmi les miliciens qui ont capitulé, résidents au Kongo Central, attendent d’être récupérés par le Gouverneur de cette province qui est déjà en route pour le retour chez eux
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •