Mwilanya : une raclée historique

0
1567

La déchéance de Jeanine Mabunda de la tête de l’Assemblée Nationale a fait des victimes collatérales. On trouve, dans la nasse, Néhémie Mwilanya, Coordonnateur du FCC (Front Commun pour le Commun) et ancien directeur de cabinet de l’ancien Chef de l’Etat et sénateur à vie, Joseph Kabila. La chute de l’ancienne speakerine de la chambre basse du Parlement constitue un échec personnel pour cet architecte de toutes les stratégies de ce regroupement politique sans existence légale visant le torpillage en règle des actions du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi.

            S’agissant de l’affaire des pétitions contre le bureau sortant de l’Assemblée nationale, Néhémie Mwilanya les faisaient passer pour des pétards mouillés, car convaincu que la fausse majorité mécanique, évaluée tantôt à 338 députés nationaux, tantôt à 305, allait donner une fessée à l’Union Sacrée pour la Nation. Toute la semaine dernière, il a multiplié des réunions et des déclarations de la Conférence des présidents des partis et regroupements politiques du FCC, prédisant l’échec des pétitionnaires.

C’est pour contrôler les votes qu’il s’est du reste présenté personnellement au Palais du Peuple, accompagné de tous les poids lourds de la famille politique de l’ancien Chef de l’Etat, dans le dessein bien arrêté de confirmer la pérennité de la majorité parlementaire qu’il croyait faussement acquise à la cause de son « Autorité morale ».Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •