Muzito, produit et prisonnier d’un système

0
46

L’heure  de  débarrasser  le  plancher  n’a  pas  encore  sonné  pour  Muzito.  Quand  bien  même  elle  aurait  sonné,  ce  n’est  pas  de  l’opposition  institutionnelle  que  viendrait  l’initiative  d’actionner  le  mécanisme   avec  efficacité.  La  majorité   seule  sait  comment  s’arranger  pour  débarquer  un  Premier  ministre  ou  un  haut  cadre  d’un  corps  constitué  qu’elle juge  n’être  plus  dans  les  bonnes grâces  du  leadership.  Le  départ  se  fait  en  douce,  sauf  en  cas  de  résistance  dont  on  ne  peut  triompher  autrement  qu’en  recourant  à  la  manière  forte  à  la  limite   de  l’humiliation. Ces  deux  procédés  ont  conduit  respectivement  au  départ  d’Antoine  Gizenga  de  la  primature   et  de  Vital  Kamehre  de  la  présidence  de  l’Assemblée  nationale.  L’un  en  douceur,  l’autre  avec  le  remuement  du  ciel  et  de  la  terre.  L’opposition  institutionnelle  en  est  bien  consciente,  mais  elle  refuse  de  se  laisser  prendre  pour  fainéante  ou  complice  du  naufrage  du  pays.  Elle  voudrait  montrer  à  l’opinion  qu’elle  est  vigilante  et  dynamique  par  des  gestes  éloquents  caractérisés  par  des  motions  d’interpellation  du  gouvernement,  n’ignorant  pas  qu’elle  sera finalement contrariée  par  la  prépondérance  de  la  majorité.  L’Establishment  et  ceux  qui  gravitent  dans  son  orbite trouvent l’opposition  gênante,  sans  comprendre  que  ce  sont  ses  coups  de  gueule  qui  symbolisent  la  démocratie  en  Rdc  et  font  valoir  les  institutions.

         
L’auteur  de  la  question  orale,  le  député  national  Lucien  Busa  du  Mlc,  ses  camarades  François  Mwamba,  Gilbert  Kiakwama  et  d’autres  brillants  dialecticiens  de  l’opposition ont  beau  argumenter  à  la  tribune  de  l’hémicycle.  Devant  eux  un  mur  de  solidarité  érigé  autour  de  la  majorité,  et  qui  ne  permet  pas  de  faire  entendre  raison  à  ceux  qui y montent  la  garde.  Que  les  justifications  fournies  par  le  Premier  ministre  Adolphe  Muzito  soient  jugées  insuffisantes, son  sort  ne  dépend  pas  du  tout  du  bon ou  mauvais  vouloir  de  la  minorité  parlementaire.  Ils  savent  pertinemment  que  le  chef  du  gouvernement  est  à  la  merci  d’une  coalition  dont  les  députés  nationaux,  numériquement  supérieurs,  font  la  pluie  et  le  beau  temps  au  sein  de  l’Assemblée  nationale.  Le   lâcher  à  l’initiative  de  l’opposition  équivaudrait  à  faire  à  la  minorité  un  cadeau  sur  un plateau,  d’où  ils  scieraient  aussi  la  branche  sur  laquelle  leur  coalition  est  assise.  Il  y  a  certes  des  parlementaires  de  la  majorité  qui  sympathisent  avec  leurs  collègues  de  l’opposition  et  trouvent  leurs  critiques  raisonnables  et fondées,  mais  il  y  a  des  facteurs  moraux  de  mise  en  condition  des  esprits  et  la  discipline  contraignante  qui  les  empêchent   de  sauter  le  pas  pour  régler  son  compte   au  Premier  ministre.

 

Il  est  vrai  que  certains  parmi  eux,  conscients  de  l’expiration  imminente  de  leur  mandat,  et  de  l’obligation  qu’ils  ont  de  rendre   des  comptes  aux  électeurs  pour  solliciter  le  renouvellement  de  la  confiance  dont  le  peuple  les  avait investis  en  2006,   commencent  déjà  à  prendre  leurs  distances.  Ils  font  des  déclarations    dans  la  presse,  reconnaissant  ouvertement  que  le  bilan  global  du  pouvoir  est  nettement  négatif.  Ils  sont  inquiets  et  se  demandent  ce  qu’ils  vont  dire  encore  au  peuple  l’année  prochaine  au  cours  de  leur  campagne  électorale.  Liés  à  l’AMP  dont  le  PPRD  est  le  parti leader,  comment  pensent-ils  se  dégager  des  étreintes  de  la  coalition  et  reprendre  leur  liberté ?  L’appréhension  doit  être  ressentie  aussi  par  le  leadership  même  du  cartel  gouvernant.  Les  politiciens  qui  composent  cette  coalition  sont-ils  tous  crédibles  et  dignes  de  la  confiance  du  peuple  pour  contribuer  efficacement  à  la  victoire  électorale  en  faveur  d’une  majorité  pareille  à  celle  de  2006 ?  Le  leadership  sait  que  parmi  ses  hommes  de  troupe  actuels,  il  y  en  a  des  forts  en  gueule  seulement,  qui  ne  sont  pas  qualifiés  pour  concourir  à cette  victoire  espérée  de  2011.  Parmi  les  politiciens,  il  en  est  néanmoins  qui  estiment  jouir  d’une  certaine  popularité  dans  leurs  fiefs  respectifs,  et  se  demandent  comment  s’y  prendre  pour  pouvoir  voler  de  leurs  propres  ailes.  De  l’inquiétude  et  de  l’appréhension  de  part  et  d’autre.

Le  système  et  ses  animateurs

La recomposition du paysage poliique paraît  inévitable  sans  savoir  de  quelle  manière  elle  se  produira.  On  est  à  présent   en  train  de  faire  des  calculs  en  anticipation  de  prochaines    grandes échéances politiques.  Cela  n’a  rien  à  voir  avec  le  départ  éventuel  du  Premier  ministre  Adolphe  Muzito.  Elle  est  la  conséquence  du  fonctionnement  du  système  dont  les   animateurs  ne se   sont  pas  efforcés  de  joindre  le  geste  à  la  parole  conformément  à  leurs  promesses  électorales peu  réalistes  de  2006.    Tous  les  reproches  qu’on  fait  au  chef  du  gouvernement  s’adressent  tout  naturellement  au  système  dans  son  ensemble. 
En  d’autres  termes,  les  déficiences  qu’on  déplore  ne  sont  pas  imputables  à  un individu,  en  l’occurrence  le  chef  du  gouvernement.  Muzito  peut  bien  s’en  aller,  mais  le  système  restera  tel  quel.  Depuis  Antoine  Gizenga  jusqu’aujourd’hui,  ce  sont  les  mêmes  défaillances  et  manquements  dans  la  conduite  des  affaires  de  l’Etat  que  les  parlementaires  ne  cessent  de  dénoncer. 
Il  y  en  a  d’autres  qui  prêchent  ouvertement  la  suppression  pure  et  simple  du  poste  de  Premier  ministre.  Mais  ils  ne  démontrent  pas,  par  des  cas  concrets,  de  quelle  manière  ce  poste  fait  obstacle  à  la  gestion  harmonieuse  des  affaires  de  l’Etat.    Et  ceux  qui  font  allusion  à  un  pouvoir  parallèle  ne  mettent-ils  pas  le  doigt  sur  le  problème  réel,  souvent  escamoté  dans  les  sphères  officielles,  de  la  complication  du  système ?  L’accroissement  éventuel  des  pouvoirs  du  chef  de  l’Etat  n’est  pas  une  solution,  car  nul  ne  sait  comment  ils  seront  pratiquement utilisés.   Il  faut  craindre  que  le  remède  ne  soit  pas  pire   que  le  mal,  les  « ministres »  invisibles  du  gouvernement  fantôme  ne  pouvant  s’empêcher  d’en  abuser  encore.  Produit  d’un  système,  le  Premier  ministre  n’a  qu’une  marge  de  manœuvre  dont  le  système  lui  permet  de  disposer,  même  si  Adolphe  Muzio  n’a  pas  explicitement  admis  cette  évidence  dans  ses  justifications relatives  à  la  question  orale  du  député  Lucien  Busa  du  Mlc.  Que  le  Premier  ministre  s’en  soit  tiré  sain  et sauf  ne  tient  pas  du  tout  du  miracle,  mais  plutôt des  rangs  encore  serrés  de  la  majorité

Jean  N’Saka  wa N’Saka

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*