Muzito-magistrats : un face à face franc et constructif

0
59

Venu soumettre  son cahier de charges, une délégation de  l’intersyndicale des magistrats, conduite par René Nsibu son président  a été reçu lundi 10 aout  dernier par le chef du gouvernement, Adolphe Muzito à l’hôtel du gouvernement. Cette rencontre s’est tenue en présence de plusieurs ministres impliqués dans le social et le travail de la justice. Notamment des ministres Luzolo Bambi, de la justice ; Matata Mponyo, des finances et Jean Ntahwa du Budget.   A l’ordre du jour, les deux parties ont échangées sur l’amélioration des conditions de travail et social  des magistrats ainsi que de la « Tolérance zéro ». D’entrée de jeu, Adolphe Muzito a indiqué à l’intersyndicale des magistrats que sur instruction du président de la République son gouvernement s’attèle à chercher les voies et moyens pour améliorer leur conditions de vie.  Les deux parties ont aussi saisie l’occasion pour discuter autour d’un projet de crédits véhicules comme c’est le cas pour les professeurs de l’Enseignement supérieur et universitaire. 

            Pragmatique, face aux doléances lui soumises par  ses hôtes,  Muzito a rappelé aux syndicalistes que l’amélioration des conditions sociales de tout congolais était tributaire de recettes de l’Etat. Pour se faire, le premier ministre a proposé à ses interlocuteurs la mise en place d’une commission ad hoc. Cadre qui    comprendra les experts des ministères de la justice, des finances et du budget afin de statuer sur le cahier de charges pour y apporter une  solution appropriée. A cette occasion, Adolphe Muzito a fait comprendre  à ses invités que l’Etat providence a cessé d’exister du temps de Socrate. Il s’est plutôt appuyé sur le principe de la redistribution de richesses par l’Etat. «  les ressources nécessaires visant à  améliorer les conditions sociales de tout congolais viendront des recettes de l’Etat, fruit du travail productif  récolté par des services de l’Etat », a-t-il indiqué.   Pour cela, le premier ministre compte endiguer la fuite de recettes publiques  sur le processus de  la transformation d’ici au 31 décembre des entreprises publiques en entreprises commerciales.    

            Quant à la campagne de « Tolérance zéro » dans  l’administration de la justice à deux vitesses, le ministre pense que l’opinion compte beaucoup sur l’arrivée de nouveaux magistrats « vertébrés » récemment promus par le chef de l’Etat pour redorer le blason ternie de la justice, instrument par excellence pour l’édification d’un Etat de droits.  Ces derniers sont appelés de faire de la « tolérance zéro » leur cheval de bataille. Campagne qui doit être intensifiée pour encourager l’émergence d’un nouveau civisme. A cet effet, Luzolo Bambi a déclaré que les magistrats anciens et nouveaux, tous congolais, devraient travailler dans un environnement décent.

Il faut par ailleurs signaler que ce cycle de rencontres  avec les syndicats de l’administration publique fait suite à celle de l’intersyndicale de la fonction publique.

A.Vungbo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*