Mugabe, sauveur de la RDC !

0
73

Robert Mugabe a tiré sa révérence. En dépit des dérapages ayant marqué les dernières années de son mandat, les Congolaises et Congolais ne devraient pas oublier que c’est grâce à cet homme que le régime de Mzee Laurent Désiré Kabila fut sauvé de la catastrophe, en août 1998, après l’attaque de la ville de Kinshasa par les rebelles du RCD (Rassemblement Congolais pour la Démocratie). Il serait injuste de ne pas reconnaître l’intervention décisive de l’aviation militaire zimbabwéenne, dont les frappes aériennes empêchèrent les assaillants de prendre l’aéroport international de N’Djili, l’objectif visé pour établir un pont aérien avec Kigali, en vue de leur ravitaillement en troupes, armes et munitions.

C’est suite à leur échec d’investiture cette « cible » déterminante pour une seconde « colonisation » de la RDC que les rebelles du RCD et leurs alliés rwandais se laissèrent prendre comme des lapins des civils à mains nues, dans la partie Est de Kinshasa (Masina, Kimbanseke et NDjili), et certains d’entre eux brûlés vifs.

Ce serait ingrat, de la part du peuple congolais, de ne pas reconnaître la contribution de Robert Mugabe dans la tournure que prit par la suite la guerre d’agression contre la RDC par les mouvements rebelles du RCD, du MLC (Mouvement de Libération du Congo) de Jean-Pierre Bemba, du RCD-K-ML (Rassemblement Congolais pour la Démocratie – Kisangani- Mouvement de Libération) d’Antipas Mbusa Nyamwisi, du RCD/N (Rassemblement Congolais pour la Démocratie/National) de Roger Lumbala, tous  sous la botte de l’Ouganda et du Rwanda.

                  On rappelle qu’au moment du raid terrestre sur Kinshasa, les troupes du RDC controlaient déjà le barrage hydroélectrique d’Inga, coupant l’électricité pendant un mois, avec les dégâts qu’on peut imaginer dans les hôpitaux, ainsi que la quasi-totale des villes du Kongo Central, jusqu’à Kasangulu.

                  La balkanisation du Congo, planifiée avec le concours de certains de ses fils et filles, décidés à marcher sur des cadavres pour accéder au pouvoir, fut évitée de justesse. L’histoire retiendra que c’est le revers militaire subi par le RDC à Kinshasa qui décida tous les mouvements rebelles à adhérer à l’option de la cessation des hostilités, d’abord par la signature de l’Accord de cessez-le-feu en juillet 1999 à Lusaka puis de la participation au Dialogue Inter congolais, en Afrique du Sud, en 2002-2003. Robert Mugabe, ce fut un ami fidèle et sincère du peuple congolais. Paix à son âme.     Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •