Motion de défiance contre le Bureau Mabunda : vote sous très haute tension

0
273

Il y avait hier, une forte émanation de soufre dans l’air, dans la Salle des Congrès du Palais du peuple, chauffée à blanc, avec gros risque de déflagration à la moindre étincelle. Dieu merci, les craintes de pessimistes ne se sont pas justifiées du début à la fin de la plénière. Installé mardi dernier, par la plénière de l’Assemblée nationale, le Bureau d’âges pétri de sagesse a conduit la séance d’hier jeudi 10 décembre, avec tact et prudence.

            Pourtant, à travers toute la ville, les Kinois rivés sur leurs petits écrans, suivaient comme lors de grandes compétitions sportives, le match FCC – CACH comptant pour la mise en place d’un autre bureau de la chambre basse du Parlement devant remplacer celui de Mabunda.

            Avec deux points à son ordre du jour, à savoir l’audition des membres du Bureau Mabunda dans leurs moyens de défense et le vote-sanction, la séance d’hier réputée de tous les enjeux et de tous les défis, comme l’ont qualifiée les observateurs de la scène politique congolaise, a démarré en début d’après-midi, par une forte agitation aux alentours du Palais du peuple placée sous haute surveillance policière. Un dispositif policier impressionnant comprenant de nombreux éléments du Commissariat provincial de la police, des Groupements mobiles d’intervention et ceux de la Légion nationale d’intervention venus en grands renforts dans des gros véhicules de transport de troupes, et même des canons à eau.

            Dans les rues ceinturant le Palais du peuple, une affluence de grandes manifestations politiques faisait monter la pression d’heure en heure. D’un côté, il y avait les irréductibles combattants de l’UDPS qui entonnaient des chansons à la gloire de leur parti politique, et de l’autre côté, des partisans du FCC, tous affichant des allures de va-t-en guerre, se réconfortaient avec des slogans de guerriers. Dans la salle de congrès, l’arrivée du FCC avec tout son état-major présageait une plénière très mouvementée. Pour la plupart debout, personne ne voulait s’asseoir sans en recevoir une consigne particulière. Le président Mboso Nkodia a su user dans ses réflexes de sage, tous les artifices pour ramener de l’ordre et le calme. L’agitation a surgi ensuite du même camp avec des velléités des motions toutes rejetées, au motif qu’il y avait lieu d’épuiser la matière soumise en priorité aux députés. Le choix des scrutateurs suivi de la désignation des témoins représentant chaque membre du bureau sortant épuisés, le processus a commencé avec le contrôle des urnes et des isoloirs, l’appel nominal des députés présents. Au total, ils étaient, 483 validant ainsi le quorum atteint et la régularité de la séance. Rien n’a échappé à l’œil très exercé des scrutateurs quant au matériel de vote utilisé.

            Même si l’usage du téléphone cellulaire a été déconseillé dans la salle des Congrès, le téléphone arabe a permis aux députés du même camp d’échanger en toute impunité. Ce qui favorisé certaines interférences.    

            Au décompte final, voici les résultats du vote-sanction. Sur  483 députés votants,        281 ont voté pour le limogeage du bureau Mabunda.   200 étaient contre et  1 s’est abstenu. En définitive, le Bureau Mabunda Liyoko Jeanine ayant assisté à cette séance, n’avait plus qu’à apprêter les dossiers pour procéder prochainement à la remise-reprise avec le Bureau d’âges.

J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •