La Monusco en patrouille 24H/24 à Kinshasa

0
602
MONUSCOLes événements survenus les 19 et 20 septembre dernier ont pratiquement changé le cours des événements en République Démocratique du Congo quant à la situation politique et sécuritaire qui profile à l’horizon d’ici le mois de décembre  avec la fin du deuxième et dernier mandat du président actuel. En vue de prévenir de troubles ou violences et de protéger les populations civiles conformément à leur mission, les forces de la Monusco sont déjà à pied d’œuvre à travers les patrouilles de prévention permanentes (24heures sur 24) à travers la ville de Kinshasa. Son porte-parole, Félix Prosper Basse, a au cours du point de presse hebdomadaire des Nations Unies d’hier mercredi 19 octobre 2016 tenu au quartier général de la Monusco dans la commune de Gombe, appelé les acteurs politiques congolais, de l’opposition comme de la majorité, et ceux de la société civile, à sensibiliser leurs sympathisants afin de prévenir les violences du genre de celles enregistrées le 19 et 20 septembre 2016.
            «Nous continuons à marteler de manière répétitive que notre requête au- près des acteurs politiques, c’est de les appeler à la retenue, à sensibiliser leurs sympathisants pour que les violences ne puissent pas prévaloir. Nous poursuivons aussi nos efforts et exhortons toutes les parties prenantes à ce dialogue ou à agir dans le sens de la consolidation de la paie pour prévenir la violence enregistrée les 19 et 20 septembre dernier. Nous pensons aussi que les acteurs politiques et la société civile prendront toutes les mesures nécessaires et responsables pour que nous ne puissions pas assister à des actes de violence comme nous l’avons connu par le passé. Il faut retenir la leçon et éviter le pire », a martelé le porte-parole de la Monusco. 
En ce qui concerne le dialogue de la cité de l’UA clôturé le mardi 18 octobre 2016 avec  la signature d’un accord politique entre les paries prenantes à ces assises, et la position de la Monusco quant à l’organisation d’un second dialogue inclusif, Félix Prosper Basse a noté que la Monusco est restée constante par rapport à ses positions. La Monusco, a-t-il rappelé, avait appelé tous les Congolais à prendre part à ce dialogue afin de le rendre beaucoup plus inclusif et permettre de lui donner une dimension beaucoup plus importante incluant tout le monde. Conformément à la résolution 2277, la Monusco a pris l’engagement de soutenir le facilitateur, d’accompagner le processus et le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies à apporter ses bons offices pour aplanir les divergences remarquées ça et là. Selon le porte-parole Félix Prosper Basse, la Monusco continue à promouvoir la consolidation de la paix et un processus politique transparent qui associe toutes les parties prenantes congolaises, dans le respect de la Constitution, en vue de favoriser éventuellement dans le futur la réconciliation et la démocratisation attendu par tout le monde. Mais pour ce qui est de l’organisation d’un deuxième dialogue, le porte-parole de la Mission a indiqué que cela est une décision qui revient essentiellement aux Congolais.
            Il a insisté par ailleurs sur la nécessité de la préservation des libertés fondamentales afin d’ouvrir plus tard la voie à des élections crédibles, transparentes, conformément à la résolution 2277.
Myriam Iragi
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •