Le MLC croit toujours à l’acquittement de Bemba en appel

0
430

Logo-MLC2L’audience de fixation des peines dans l’affaire « Jean-Pierre Bemba » devant la Cour Pénale Internationale(CPI) n’a pas fini de faire couler encre et salive. Hier jeudi 23 juin 2016 au siège national du Mouvement de Libération du Congo(MLC), le secrétaire national chargé de la communication et porte-parole, William Canon, a animé une
conférence de presse à ce sujet. « Le MLC s’étonne du fait que la décision des juges n’a nullement tenu compte des circonstances atténuantes par rapport à la responsabilité personnelle de Jean-Pierre Bemba, juridiquement non établie par l’accusation. Ce qui démontre le caractère politique et l’acharnement contre sa personne », s’est-il étonné de la peine de 18 ans infligée au leader de son parti.

En effet, souligne-t-il, «Jean-Pierre Bemba devrait bénéficier des circonstances atténuantes eu égard de son comportement exemplaire, car autorisé par deux fois à se rendre en Belgique pour assister aux obsèques d’une part de son père et d’autre part, de sa mère. S’étant conduit dignement, il est totalement injuste de ne pas lui faire
bénéficier des circonstances atténuantes».

Au sujet de l’appel en interjection faite par la défense du leader du MLC, William Canon, très optimiste, a fait noter qu’il devra sans doute réduire la peine fixée au regard d’autres cas de jurisprudence devant cette cour internationale. «Certaines personnes ont été condamnées à 30 ou 40 ans au premier degré, puis se sont vues
acquittées au deuxième degré. Nous gardons donc espoir… », a-t-il dit.

Somme toute, a indiqué le porte-parole, pour les militants du MLC, au regard des faits corroborés par tant d’autres, Jean-Pierre Bemba est « victime d’une justice sélective orchestrée par des officines complotant notamment avec des intelligences congolaises pour l’écarter de la scène politique en RDC ».

Soutenant son collègue, Désiré Mbonzi wa Mbonzi, chargé de communication adjoint, a renchéri qu’en ce moment, le peuple congolais dans son ensemble, attend impatiemment Bemba pour conduire les affaires politiques du pays. Nous félicitons le peuple congolais qui continue de croire à ses idéaux et à ceux de son président national Jean-Pierre Bemba qui tient toujours à laver son image face à ce qu’on peut qualifier de complot politico-judiciaire», a indiqué ce communicateur.

Estimant, enfin, que la sentence de la CPI contre le sénateur Bemba renferme et entraîne des incidences sociologiques très dommageables qui nécessitent une revisitation de ce verdict, le MLC a promis de lancer bientôt une campagne d’information à travers le pays pour expliquer au peuple congolais la suite de ce dossier.

Dans un autre registre, le MLC a profité de l’occasion pour annoncer qu’il ne participera pas au Dialogue initié par Joseph Kabila, si Bemba reste en prison. Il accuse le camp au pouvoir de n’avoir pas exécuté les résolutions des concertations nationales, spécialement celle qui demandait au gouvernement de négocier la libération de
Jean-Pierre Bemba. Le MLC considère que le procès Bemba est une affaire politique. William Canon estime également que son parti n’est pas fragilisé avec la peine infligée à Bemba. « Le MLC n’est pas fragilisé. Cela fait huit ans que nous fonctionnons avec notre président hors de Kinshasa. Ce n’est pas quelques années de plus qui chargeront quoi que ce soit », a-t-il martelé.

Tshieke Bukasa

  • 23
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •