Une mission parlementaire d’information au Kwango

0
135

A l’initiative des députés nationaux membres du « Caucus des parlementaires du Kwango, CPK », une mission parlementaire d’information vient d’être mise sur pied en vue de recueillir toutes les informations susceptibles de faire éclater la vérité sur cette
ténébreuse affaire qui défraie la chronique depuis quelques semaines en République démocratique du Congo.

La mission devait descendre sur place au Kwango le vendredi 16
février dernier, suivant le programme arrêté de commun accord avec le
président de l’Assemblée nationale qui s’est entretenu, le jeudi 15
février, avec les parlementaires du Kwango.
Il importe de signaler que l’information a été portée à la
connaissance du public à l’issue de l’audience que le Speaker de la
chambre basse du Parlement a accordée au Caucus des parlementaires du
Kwango.
Au sortir de l’audience avec Aubin Minaku Ndjalandjoko, le président
du Caucus des parlementaires du Kwango Bruno Lapika a indiqué que la
séance de travail qu’ils venaient d’avoir avec le premier des députés
nationaux a tourné autour des inquiétudes de la population du Kwango
sur ce qui convient d’être appelé « envahissement de la province par
des troupeaux de vaches » présentés comme venus de l’Est du pays, mais
dont la population ignore la destination définitive. Conséquence de la
situation : la population vit actuellement dans une sorte de psychose
et d’une insécurité depuis l’arrivée de ces troupeaux qui ne font que
se multiplier.
Par ailleurs, l’honorable Lapika a renseigné que les parlementaires
du Kwango avaient déjà fait une déclaration sur cette question. Dans
cette déclaration, il a été clairement fait mention que les
populations du Kwango sont depuis bientôt un mois envahies par des
centaines de troupeaux de vaches qui seraient venues d’Uvira et de
Kalemie, dans l’Est de la République démocratique du Congo. Cependant,
des questions restent sans réponses quant à la destination finale de
ces vaches ainsi que la nature ou l’origine des bergers qui les ont
amenées.
«Alors que nous avons appris que ces vaches étaient destinées à une
opération de vente à Kinshasa. Et la population kwangolaise ne
comprend pas pourquoi ces vaches doivent s’installer dans la province
du Kwango, où nous avons une population d’agriculteurs. Et nous
constatons aujourd’hui qu’il y a des éleveurs qui vont certainement
entrer en conflit avec leur mode de production de semi-nomade », a
déclaré en substance Bruno Lapika.
Avant d’ajouter que le président de l’Assemblée nationale les a bien
écoutés, puis leur a donné des orientations nécessaires concernant
leur mission sur le terrain au Kwango en tant qu’élus.
Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •