Mines : le Japon prépare son come back en RDC

0
149

 En séjour de travail en RD Congo, Toshiyuki Kato, vice-ministre parlementaire chargé des Affaires étrangères du Japon, s’est entretenu avec le ministre Martin Kabwelulu, hier lundi 20 août 2012 dans son cabinet de travail. Au menu, les projets de réinvestissement de l’empire nippon dans le secteur des mines congolais.  Rappelant à cet effet qu’à travers la société « Sodimiza », l’empire du Japon est un vieux partenaire de la RDC, parmi les premiers à exploiter le cuivre congolais pendant la deuxième république, le numéro 1 national des Mines a précisé, à l’issue de l’audience, qu’à ce jour ce pays asiatique devenu émergent a beaucoup à apporter à notre pays.

« Aujourd’hui, il est tout à fait d’accord que nous puissions développer des relations économiques avec ce pays qui a des infrastructures et une économie très actives et très développées ; Dans notre domaine, nous voulons que le Japon revienne dans le secteur des mines, impulsé par le système ‘‘ faire les mines et construire des infrastructures’’. Et le Japon est mieux placé pour nous épauler à exploiter les mines et aussi à construire les infrastructures», a-t-il expliqué.
    Dans le lot de ses réalisations futures, a souligné le ministre Kabwelulu, le Japon a les moyens d’aider le Congo à mettre sur pied un centre national de géomines dont la hauteur d’investissements est estimée à 26 millions de dollars, à monter un laboratoire,  « Il est important d’avoir une telle école car notre pays nous ne le connaissons qu’à 30% jusque là… »
    Concernant les craintes d’un mécontentement des partenaires chinois, il a précisé qu’il n’en est rien car la RDC a besoin d’une économie diversifiée.

Séminaire sur le commerce et les investissements


    A la tête d’une délégation d’investisseurs et opérateurs économiques de son pays, le vice-ministre Toshiyuki Kato a ouvert, hier lundi à l’hôtel Memling, un séminaire sur le commerce et les investissements RDC-Japon. Occasion offerte à ses compatriotes de présenter leurs activités de prédilection dans leurs domaines respectifs, ceux-ci ont, en présence du vice-premier ministre congolais en charge du Budget, Mukoko Samba, dévoilé leur souhait d’investir en RDC. Dans le lot des sociétés représentées, Itochu Corporation, Toyota Tsusho Corporation, Sumitomo Corporation, Sojitz Corporation, Mitsui & Co., Ltd., JGC Corporation, etc. ainsi que des représentants des institutions publiques du Japon (JICA, JETRO, NEXI, JOGMEC et JBIC). Ainsi, le ministre Mukoko Samba a salué cette vision du pays du Soleil levant qui a choisi « le pays le plus peuplé de toute la région afin d’offrir le plus grand marché ». Pour lui, ce pays révèle qu’il a des plans à long terme à la dimension de la puissance économique du Congo, au moment où ceux qui nous attaquent ont des plans à court terme. Somme toute, le ministre s’est dit convaincu que le Japon peut nous aider à réussir le rattrapage technologique et l’intégration à l’économie mondiale.

    Quant à son collègue nippon, il a exprimé tout haut le désir de son pays de contribuer à la création des emplois locaux. D’ores et déjà, il a annoncé la tenue, en juin 2013 à Yokohama, du 5ème Ticad qui sera une occasion pour les acteurs congolais de s’informer directement auprès de leurs collègues du Japon.
    Il convient de souligner que ce séminaire sur le Commerce et les investissements a connu la présence des représentants des sociétés congolaises et des animateurs des organisations chargées des investissements telles qu’ANAPI, PROMINES, FEC, etc.

Tshieke Bukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*