Mikonga : la population veut l’eau et l’électricité

0
104

La cité de Mikonga a atteint une vitesse de croisière dans sa modernisation mais se trouve fort butée à un double handicap : l’eau et l’électricité pourtant un volet des 5 chantiers.  En amont de l’aéroport de Ndjili, Mikonga, l’un des plus grands quartiers de la commune de la Nsele, fait face à une pénurie d’eau, faute d’adduction, longtemps promise mais jamais réalisée. A cette promesse non tenue, s’ajoute celle de desservir la cité en électricité. « Nous ne demandons pas mieux que l’eau potable et une bonne desserte en électricité », souhaite Cécile Ntumba, mère de deux enfants, établie à Mikonga en 1990. Les quelques maisons éclairées bénéficient de la bonne foi du clergé local dont l’église – Saint Matthieu –  alimente le voisinage.

            Les  bornes fontaines sont estimées insuffisantes pour alimenter en eau environ 200.000 âmes, pour ne prendre que Mikonga, sans compter les nouveaux quartiers comme Tala Ngai, face ex-Efobanc. « L’insécurité profite aux Kuluna et autres voleurs », explique, cette autre femme, qui raconte avoir assisté, un jour à trois heures du matin, à un vol spectaculaire. Des hommes armés en tenue militaire était en train de donner des coups de massue à des antivols posés sur une maison d’un particulier. Ces « ampicillines », selon ses dires, n’avaient heureusement pas réussi à démonter les antivols, trahis par des cris des voisins. 

            Au chapitre de la desserte en eau, des témoignages  confirment la résurgence des maladies d’origine hydrique, comme celles des amibes. « Si on nous donne une bonne eau, nous serons épargnés de maladies qu’on pourrait bien éviter », estime Alex, croisé sur la descente de « Mayi ya Ngbanda », du nom de l’ancien conseiller de Mobutu, Honoré Ngbanda, propriétaire d’une grande concession, actuellement rasée et remplacée par des résidences des particuliers.

La Snel a initié une étude de faisabilité, financée par la Banque Africaine de développement visant à assurer une électricité fiable à certains quartiers de Kinshasa dont Mikonga et Mpasa.  La population, impatiente, veut s’assurer du début de l’exécution du projet. Mais la Régideso, elle, s’était plutôt signalée pour lancer quelques bornes fontaines prises en charge par l’église méthodiste locale. Et depuis, plus rien.                           

    D-I.K

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*