Ménopause précoce : elle peut frapper une femme de 30 ans

0
358

Pour diverses raisons, certaines femmes voient leur fécondité s’arrêter au moment où elles ne s’y attendent pas, quelque fois à l’âge de 30 ans. Bon nombre de femmes ignorent certes cet état de choses et les facteurs qui provoquent cette ménopause précoce. Interrogé à ce sujet par Le Phare, le Dr Bavi Bahoire, gynécologue à la clinique Trinité sur l’avenue Dibaya dans la commune de Kasa-vubu, nous en dit plus.

Le Phare: Quand est- ce qu’on parle de ménopause précoce ?

Dr Bavi Bahoire : D’une manière générale, la ménopause signifie la cessation des règles  pendant au moins une année, accompagnée d’autres signes tels que la bouffée de chaleur, la situation confuse de soi c.à.d. qu’il fait frais mais l’on ressent la chaleur envahir tout le corps,  la transpiration profuse. Il y a aussi des signes moins visibles, notamment l’irritabilité (la personne change un peu de caractère), la diminution de tonicité des organes génitaux (diminution de tonicité de la peau qui devient un peu ridée, faible sécrétion vaginale qui provoque d’énormes difficultés pendant les rapports sexuels parce qu’il n’y a pas assez de  lubrification).

Lorsqu’on a ces signes par exemple à 25 ans, on parle aussi d’une ménopause. Seulement, elle est appelée insuffisance ovarienne précoce  parce qu’on pense que la ménopause est liée à l’âge plus avancée. Mais les manifestations sont les mêmes puisque les ovaires ne produisent plus ou très peu d’œstrogènes puisqu’ils ont vieilli très tôt.  En principe, quand une fille est pubère, elle doit ovuler chaque mois. Mais quand il n’y a plus ovulation et qu’il  y a cessation des règles, en ce moment-là le taux d’œstrogènes et de progestérones diminue, et d’autres hormones notamment hypophysaires, augmentent de valeur parce que les ovaires ne sont plus capables de produire  les hormones sexuelles. En ce moment, on peut parler de ménopause. Et une femme peut bien l’avoir à 30 ans ou tout simplement à n’importe quel autre âge avant 50 ans. Tandis qu’il y a en a d’autres qui voient leurs règles continuer beaucoup plus tard. Mais en moyenne, c’est autour de 49-50 ans que survient la ménopause chez la plupart de femmes. Le tout dépend des familles car la génétique intervient aussi. Certaines l’ont très tard et d’autres plus tôt. Raison pour laquelle, c’est lorsque la ménopause survient chez une femme pendant la période où la population générale ne devrait pas être ménopausée, qu’on parle de ménopause précoce.

Est-ce qu’une absence de règles (aménorrhée)  de plus d’une année peut directement être considérée comme une ménopause ?

Non! Parce qu’en plus d’un minimum d’une année d’absence de règles, il faut qu’il y ai accompagnement des signes dont je vous ai parlé ci-haut. Et cela est appuyé par certains examens de laboratoire qui doivent montrer que les ovaires ne fonctionnent plus, c.à.d. qu’ils ne produisent pas assez d’œstrogènes et de progestérone, qui sont les 2 hormones sexuelles que les ovaires doivent absolument produire pour avoir les règles normalement.

Enregistrez-vous pareils cas pendant vos consultations ?

Bien sûr ! Souvent on retrouve ces cas par exemple chez les jeunes couples mariés  qui cherchent à avoir des enfants. Il peut arriver qu’une femme vienne se faire consulter parce qu’elle croit être tombée enceinte, à cause de certains signes comme par exemple le changement de goût,…, et qu’après examens, on découvre qu’elle n’est pas en- ceinte mais plutôt qu’elle n’a pas assez d’hormones sexuelles de personnes de son âge.

 

A quoi est dû cette situation de ménopause précoce ?

En dehors de la génétique, on trouve aussi le cas des personnes qui ont fait les oreillons, (un virus beaucoup plus fréquent que les autres), très souvent à bas âge, l’âge de la puberté par exemple. Ces derniers détruisent  la capacité de produire les spermatozoïdes chez les garçons et chez les filles, ils peuvent diminuer la capacité de produire l’ovule. Il y a aussi certaines causes comme  une opération de kyste durant laquelle on a enlevé beaucoup de tissus ovariens, en ce moment, le capital de production diminue et une fille peut ainsi être ménopausée. Raison pour laquelle, lorsque le médecin opère les kystes,…, il doit toujours garder beaucoup de tissus sains pour que la personne puisse avoir la capacité de produire ses propres hormones. D’autres causes peuvent-être liées à l’environnement. Il se peut qu’on ai souffert d’une affection qui a nécessité l’utilisation des rayons ultra-violets pour pouvoir détruire certaines maladies, avec probablement  comme conséquence, la diminution de la capacité ovarienne et tomber dans cette situation de ménopause précoce à tout âge.

 

Les contraceptifs ne figurent-ils pas parmi les facteurs favorisants ?

Les contraceptifs n’ont rien à voir avec la ménopause. Si l’on doit parler de manière spécifique de contraception hormonale orale, je dirai tout simplement que le mécanisme se trouve plutôt au niveau de l’hypophyse (hypothalamus). C’est donc  à partir du cerveau qu’on a un blocage de l’ovulation, et non au niveau de l’ovaire lui-même, étant donné que dans la ménopause, ce sont les ovaires eux-mêmes qui sont insuffisants.

 

Est-il possible de remédier à cette situation ?

En réalité, il n’y a pratiquement rien à faire dans le cas où on a enlevé suffisamment de tissus ovariens, ou dans le cas où on a subi l’irradiation puisque les tissus ont été brûlés. Et si c’est de manière génétique que vous avez précocement vieilli au niveau de vos organes, en ce moment là, on donne des hormones de remplacement qui vont vous permettre d’avoir vos règles normalement, mais pas d’enfants, car il est question de substitution des hormones et non des ovules ( qui sont des cellules de reproduction produites par les ovaires). Ces hormones de substitution vont faire en sorte que les organes  cibles qui en dépendent soient en meilleure forme de fonctionnement. Ca n’a malheureusement pas d’incidence sur la fécondité. Pour une personne très âgée, il y a aussi des traitements comme les monothérapies de substitution où on donne des hormones, pas tellement pour avoir les règles, mais surtout pour protéger les os parce que pendant la ménopause, les os deviennent poreux et peuvent se casser facilement.

 

Que peut-il arriver à une femme ménopausée précocement qui ne prend pas d’hormones de remplacement ?

Elle va tout simplement faner  du fait que ses organes sexuels (vagin, etc.) vont s’atrophier, en plus de l’absence de sécrétion, l’empêchant ainsi de mener une vie sexuelle épanouie. Et logiquement, son corps va changer puisque les hormones qui lui donnent de la vigueur sont absentes. On leur donne donc ce médicament pour que leurs organes ne puissent pas vieillir trop tôt et pour les soutenir et les accompagner moralement.

 

La ménopause précoce atteint-elle les femmes ayant déjà fait plusieurs maternités comme celles qui n’ont jamais accouché ?  

Dans ce cas, le nombre d’enfants n’a pas d’incidence sur une ménopause précoce. Si génétiquement une femme avait un capital qui l’emmenait à 40 ans, une fois cet âge atteint, ce n’est pas le nombre de maternités qui peut empêcher la ménopause. C’est le fait que chaque mois lorsque l’ovulation se fait, il n’y a qu’un seul follicule qui évolue pour donner la grossesse. Les autres se détruisent. Si ce capital est épuisé, c’est la ménopause, peu importe qu’on ait mis au monde ou pas. Parce que l’ovulation n’est pas synonyme de porter une grossesse ou mettre au monde. Elle se fait depuis l’âge de puberté, de manière naturelle et ne cherche pas de partenaire. Tandis que mettre au monde suppose qu’on a été fécondé par quelqu’un.

Myriam IRAGI et Perside DIAWAKU

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*