En marge du Prix Nobel de la Paix : le sénateur Mokonda dénonce l’opacité du budget de l’armée

0
215

«…Le Dr Mukwege ne figure, ni de près ni de loin, sur la liste de mes relations. Nos chemins ne se sont jamais croisés. Cela ne m’empêche pas de m’en réjouir et de l’en féliciter. Il fait la fierté et l’honneur de la RDC et du peuple congolais… ». Ainsi a parlé le
sénateur Florentin Mokonda Bonza en guise de reconnaissance du Prix Nobel de la Paix attribué au Dr Denis Mukwege, mieux connu à l’étranger comme ‘’le réparateur des femmes’’. C’était au cours d’une conférence qu’il a animée le vendredi 12 octobre 2018 dans son bureau, au Palais du peuple.

Selon lui, la distinction honorifique obtenue par Dr Mukwege est le fruit d’un travail bien fait. Dans la foulée, il fait savoir que le couronnement du premier citoyen congolais au panthéon des Prix Nobel, devrait faire l’objet de fierté pour le gouvernement congolais et non de sabotage.
Florentin Mokonda a souligné que dans un Etat sérieux, ce prix
devrait déclencher la mobilisation générale des organisations non
gouvernementales, des acteurs politiques, des gouvernants et des
masses, en vue d’honorer un homme exceptionnel, plein d’attention et
d’enthousiasme à l’endroit des femmes. Au quotidien, le Dr Mukwege ne
cesse de venir aux secours des femmes et jeunes filles, victimes de
violences sexuelles causées par l’insécurité depuis des décennies.
Le Dr Mukwege fait non seulement un travail de médecin, mais aussi de
psychiatre et psychologue, puisqu’il soigne et aide les femmes et
filles, victimes de viols à se réinsérer dans la société. Les femmes
et les jeunes filles subissent sévices, viols…Elles se sentent
déshumanisées, indignes d’évoluer comme des membres à part entière de
leurs communautés. Elles se retrouvent avec des grossesses non
désirées.. », a-t-il relevé.

Opacité du budget de l’armée

L’occasion faisant le larron, Florentin Mokonda a évoqué le budget
alloué à la défense nationale. Il a lâché cette vérité crue : «
Jamais, dans notre pays on a contrôlé le budget de l’armée, que ce
soit du temps de la 2ime République, ou de 21 ans de l’AFDL. On ne
contrôle jamais le budget de l’armée parce que l’on considère que
c’est un secret d’Etat. Or, tout le monde sait qu’il y a beaucoup
d’argent et énormément d’abus dans la gestion des fonds de l’armée. La
ration destinée aux militaires est régulièrement détournée. Comme ils
n’ont pas le temps de faire le fufu, les haricots sur la ligne de
front, il y a des repas froids, vitaminés qui sont prévus pour eux.
Allez voir nos militaires quand ils sont en opération… parlez avec
eux. Quand ils partent, ils laissent leurs familles, dont leurs femmes
loin d’eux. Entre-temps, ils restent plusieurs mois impayés. Donc,
vous avez affaire à un système qui empêche le parlement de faire son
travail de contrôle. Je donne un exemple : l’argent de l’Etat destiné
à l’armée se retrouve dans plusieurs banques privées. Une fois, le
Sénat avait mis sur pied une commission d’enquête. Cette commission
avait vu les banquiers et même le Gouverneur de la banque centrale,
qui avaient refusé de répondre à leurs questions. Et, le rapport de la
commission n’a jamais été déposé ».
A son avis, pour arrêter la guerre de l’Est, il suffit d’une volonté
politique. Il a cité un second exemple : « Les Belges avaient formé
une brigade. Mais, quelque temps après, ses éléments avaient été
versés dans tel ou tel autre bataillon. La cohésion n’existe plus.
Dans ce cas, comment vous allez gagner une guerre ? », s’est-il
plaint.
Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •