Marche pour l’unité et la paix : étudiants, acteurs sociaux et écoliers pour un « Congo famille »

0
136

Une marche pour l’unité et la paix « Run 4 unity » était organisée le samedi 4 mai 2019 dans la matinée  à la place de la Gare par le Conseil provincial de la jeunesse « CPJ », le Forum national interconfessionnel des jeunes et l’école post universitaire Ecoforleaders, avec comme point de chute l’école Petite Flamme de Ndolo.

Des « Run 4 unity » similaires à  celle de la place de la Gare ont eu lieu le même samedi 4 mai 2019  à Naples, en Italie et dans plusieurs coins de la RDC.

            Entretenir la flamme de l’unité et de la paix auprès de la jeunesse et d’autres franges de la société congolaise par le biais des confessions religieuses pour espérer bâtir un « Congo famille » est la raison principale de l’organisation de ladite activité, a précisé à l’intention des médias un étudiant d’Ecoforleaders. 

            « Run 4 unity », édition 2019, a rassemblé des milliers d’écoliers provenant de tous les coins de Kinshasa, des responsables de différentes  structures des églises protestante, islamique, kimbanguiste, catholique, la foi Baha’ie……, des acteurs sociaux (entre autres des mouvements citoyens)…

             Et pour manifester leur attachement à l’unité, l’amour, la tolérance et la paix, ces membres des  différentes  confessions religieuses ont déployé des banderoles contenant  ces messages : «Paix durable = environnement durable, nous sommes pour la non violence, je vis la paix, je pardonne»….. 

Les  fronts couverts  des bandeaux reprenant l’intitulé de la marche de samedi passé, des écoliers de CS Acacia, Départ, Brillance, ITI Mpiko, Bukama et d’autres écoles  se sont montrés enthousiastes tout au long de l’activité.

Peu après la coupure symbolique du ruban, élèves, acteurs sociaux et expatriés présents à la Gare ont entamé la marche, agrémentée par des fanfares  et sont arrivés à Ndolo  une demi-heure plus tard.

L’étape de Ndolo a été surtout festive. Les  organisateurs ont donné l’occasion aux écoliers et autres personnes d’interpréter des chansons vantant l’amour, l’unité et la paix.

             Munianga Séphora, finaliste du primaire dans une école de la place, a dans la foulée condamné les tueries à répétition qui ont lieu à Beni, souhaitant que cela cesse.

            Un autre gamin a, à travers une chanson, fustigé la tendance à  vilipender des Congolais d’autres aires géographiques. Ne sommes-nous pas tous des frères ? s’est-il écrié.

            Deux  écoliers sont revenus sur  des  recettes, gages d’une paix durable et sincère : Aimer en premier, aimer toute personne  mais aussi son prochain, se pardonner les uns et autres…

En outre,  l’ITI Mpiko, CS Acacia, Lycée Ma cité, Petite flamme de Ndjili… qui ont planté des arbres et assaini leurs milieux ont été gratifiés des brevets  pour avoir mené ces belles actions.

            La collecte des dons en nature et en espèces effectuée  en début d’après-midi a constitué l’autre temps fort de cette journée.

            Ces dons vont être envoyés aux Congolais de Yumbi, Beni, du Kasai, à ceux qui sont en prison et dans les hôpitaux.

            Appelé à prendre la parole, le président du CPJ/ Kinshasa, Sorry Mulenda est monté sur le podium peu avant la clôture du «Run 4 unity» pour exprimer sa joie de voir écoliers et adultes s’investir pour la paix. S’étant fait entourer pour la circonstance des présidents communaux du CPJ, il a invité des jeunes présents à Ndolo et qui traînent encore le pas à les rejoindre.

            Ghislaine Kahambu, présidente des Focolaris  (mouvement chrétien d’obédience catholique) a manifesté son optimisme en ce qui concerne  la naissance   d’un « Congo famille ». En dépit de nos divergences politiques ou l’appartenance à une tribu quelconque, chacun de nous devrait avoir toujours en tête l’idée d’un Congo famille.  Dans la foulée, elle a pris l’exemple du forum national interconfessionnel où musulmans, catholiques, protestants… se côtoient sans problème ainsi que le cas de l’Ecoforleaders où on apprend aux gens à être des leaders non tribalistes.Jean-Pierre Nkutu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •